Jeudi 4 février, dans le cadre de la journée mondiale des zones humides, était lancé au CRA (Centre de recherches atmosphériques), de Campistrous, le projet « De l’eau sur un plateau ».

Il s’agit d’un programme établi en réponse à un appel à projet de l’Entente pour l’eau. Celle-ci regroupe les régions Occitanie, Nouvelle Aquitaine et Auvergne Rhône-Alpes. Mais également l’Office français de la biodiversité et l’Agence de l’eau Adour-Garonne. Le but : la restauration des zones humides en tête de bassins. Trois partenaires sont également impliqués : CACG (Compagnie d’aménagement des coteaux de Gascogne), AREMIP (Action recherche environnement Midi-Pyrénées). D’autres partenaires importants : les syndicats de rivières ayant compétence GEMAPI (Gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations)

Un projet ambitieux

Ce projet durera quatre ans.

Une soixantaine de communes sur l’ensemble du plateau de Lannemezan sont concernées. Elles se situent en Haute-Garonne et dans les Hautes-Pyrénées.

Sur certaines communes, ce sont treize zones d’intervention qui sont pressenties. Ces zones peuvent être modifiées suivant les réponses des communes. Les décisions seront prises en commun.

Le cœur du programme consiste d’une part en une baisse des densifications des plantations des versants et de la restauration du fonctionnement hydrologique en cas de besoin. Un film documentaire sera réalisé pour valoriser les produits locaux.

Deux objectifs

Amélioration du fonctionnement hydrique pour améliorer la disponibilité en eau des bassins versants. Amélioration des capacités de captation du carbone par les zones humides.

Il est évident qu’un entretien adapté, par exemple par de l’éco-pâturage, devra être réalisé afin de pérenniser les travaux de restauration.

Des suivis seront effectués afin de voir les effets des actions menées (suivis des hauteurs d’eau, du sol et de la végétation).

Coût et financement

D’environ 500.000€, 80% seront financés par l’Entente de l’eau. Une partie des 20% restants pourrait être financée par la taxe GEMAPI. Le reste implique la recherche d’autres partenaires. Un financement participatif est envisagé et devrait être lancé prochainement. Cela permettrait d’associer la population à son avenir écologique.

Légendes photos 

De g à d

Photo principale : Philippe Pucheu ONF – Françoise Noble, Coraline Fillet et Jean-Michel Parde AREMIP – Claire Gaudout CACG.

Photo secondaire : Coraline Fillet (avec le logo de la journée mondiale des zones humides) – Philippe Pucheu et  Claire Gaudout (avec le logo du projet « le Lannemezan : de l’eau sur un plateau).