Trophée du commerce 2015, catégorie dynamisme commercial.

Le trophée du commerce est un concours organisé par la chambre de commerce et de l’industrie de Toulouse. 2015 aura vu le couronnement de 7 lauréats. Parmi ceux-ci, Pascal Gélis maitre chocolatier à Carbonne et son épouse Alexandrine.

Pascal Gélis est tombé dans les douceurs très tôt: René Gélis, le grand-père, boulanger à Nailloux à partir de 1927 et son père André Gélis, pâtissier à Auterive. Le brevet de maîtrise en poche, Pascal Gélis s’installe à Carbonne avec sa famille.

Passionné du bon et du beau, il soigne ses créations:

Choix méticuleux de matières premières de qualité, son équipe fabrique les produits de A à Z . L’exemple flagrant? Le partenariat signé entre le grand chocolat “Valrhona” et Pascal Gélis qui garantit ainsi la qualité de nos douceurs à base de chocolat (grandes origines, pur beurre de cacao…)

Plaisir des yeux et des papilles, son équipe s’efforce d’allier systématiquement le beau et le bon. Les décors des pâtisseries, chocolats… sont toujours comestibles et apportent “la cerise sur le gâteau” à la création.

Durant la remise des récompenses Alain Di Crescenzo, président de la chambre de commerce et d’industrie devait déclarer : « Cette édition des Trophées est l’occasion de revenir sur une année qui a mis à l’épreuve nos commerçants : des commerçants créatifs, forts et courageux qui ne lâchent rien et auxquels il faudrait rendre hommage plus souvent ».

Nous avons rencontré Alexandrine et Pascal Gélis dans leur pâtisserie de Carbonne

« Nous sommes très contents de cette récompense car cela crédite tous les efforts que l’on fait depuis plusieurs années avec mon mari, et toute l’énergie que l’on met au jour le jour pour faire de notre passion pour la gourmandise, transmise par plusieurs générations, une entreprise moderne et bien dans son temps. Cela démontre, de plus, que le petit commerce local et artisanal, même loin de la grande métropole» toulousaine propose aussi de belles choses. » 

 

Une récompense, en guise de belle vitrine, pour le Volvestre qui démontre une nouvelle fois l’attractivité de ce territoire où l’expression « bien vivre » est conjugué à tous les temps et à tous les modes. Un exemplaire à suivre qui démontre qu’il n’y a pas de fatalité et que la valeur travail est toujours récompensé à un moment donné ou à un autre.

« Il n’y a que dans le dictionnaire que réussite vient avant travail. »

Pierre Fornerod