Jardiner avec Sylvie : La lysimaque pourpre, une beauté facile

La lysimaque pourpre, une valeur sûre au jardin.
La lysimaque pourpre, une valeur sûre au jardin.

De la famille des Primulacées, les lysimaques sont des alliées de choix dans les parterres de vivaces d’été. Elles font partie du genre Lysimachia, riche de plus de 140 espèces, originaire d’Afrique subtropicale, d’Europe et d’Asie. Les nombreuses variétés de lysimaques vont de la trapue couvre-sol aux grandes élancées, de toutes formes et couleurs, il n’y a que l’embarras du choix.

Notre vedette aujourd’hui c’est la belle lysimaque ciliée Firecraker. Son feuillage lancéolé pourpre chocolat, étagé sur des tiges droites d’un mètre de haut, se pare en juillet de petites fleurs jaune vif à 5 pétales, une association de coloris originale. Il prend des teintes bronze vert en été. La plante est vivace, de port buissonnant, et disparait à la mauvaise saison pour reparaître au printemps, toujours plus vigoureuse. Elle est parfois un peu envahissante, réservez-la dans des endroits où elle pourra coloniser l’espace à son aise et laisser libre cours à sa souche rhizomateuse traçante. Elle est aussi utilisée comme plante tinctoriale, ses fleurs jaunes donnant une belle couleur dorée aux étoffes.

Rustique jusqu’à -18°, elle aime toutes les expositions et se contente d’une terre ordinaire, plutôt fraîche. Elle prospère aussi sur les berges des points d’eau et maintient les talus. N’hésitez pas à arroser la première année pour qu’elle se naturalise au mieux.

Associez-la à des heuchères de teinte argentée, des caryoptéris bleus, des astilbes blanches, des géraniums vivaces mauves, des myosotis du Caucase aux larges feuilles (brunnera macrophyla), des rosiers rose pâle, ça marche bien aussi même lorsque les fleurs de la lysimaque sont épanouies.

Pour la cultiver, rien de plus simple, plantez le rhizome pas trop profond, dans un trou assez large, recouvrez de terreau et de bonne terre de jardin. Maintenez frais en période de chaleur estivale. Puis la plante se débrouillera seule. Coupez les tiges défleuries à ras, pour éviter la dispersion des graines. L’essayer c’est l’adopter, et le jardinier conquis n’aura de cesse de tester ses nombreuses cousines.

Mots-clés :

Articles en relation :

Derniers articles

Ne manquez plus un article :