Boulogne-sur-Gesse : Bilan de la visite aux abattoirs

Visite instructive à l'abattoir de Boulogne dans le cadre des Rencontres à table.
Visite instructive à l'abattoir de Boulogne dans le cadre des Rencontres à table.

La visite de l’abattoir de Boulogne, couplé à celui de Saint-Gaudens pour former les Abattoirs du Comminges, a révélé samedi dernier dans le cadre des Rencontres A table, l’extrême qualité du service fourni par cette structure aux éleveurs locaux.

« Dans cet abattoir, explique l’équipe municipale, on traque la moindre souillure. Avant l’abattage, le bon état des animaux est impérativement vérifié. Sitôt l’abattage, des gestes très techniques totalement maîtrisés permettent d’ôter le cuir et les parties digestives sans souiller la viande. »

L’objectif n’est pas la course au tonnage, mais le travail de qualité. Aucun contact humain n’est toléré pour les carcasses. Les opérateurs, dûment gantés et protégés, sont caparaçonnés d’une combinaison de couleur différente suivant les étapes du traitement des carcasses, éviscération, découpe, inspection vétérinaire, pesée, classement, passage en chambres froides, etc. « Au fil de la visite, le directeur et ses équipes ont détaillé aux visiteurs les différents postes, qui nécessitent technicité et rigueur dans les procédures.

Le bien-être animal est une étape incontournable. « La qualité passe aussi par la bientraitance des animaux, le bien-être commence dès l’élevage. Ensuite, le transport est une étape primordiale. Les chauffeurs reçoivent une formation spécifique, et les particuliers doivent être en possession d’un agrément pour le transport de leurs animaux. » A la bouverie de l’abattoir, les animaux doivent être impérativement manipulés sans stress. Les opérateurs sont formés à la connaissance des comportements animaux.

Les élus de la Communauté cœur et coteaux du Comminges, intervenants et partenaires du projet de modernisation ont présenté les futurs aménagements au public, avant de passer à table pour déguster les délicieuses viandes locales, découpées par les ateliers de Monsieur Fontan. Pour appliquer l’adage : il faut aimer la viande et ceux qui la font.

 

Mots-clés :

Articles en relation :

Derniers articles

Ne manquez plus un article :