Comment bien acheter son sapin de Noël, les conseils de Bercy

Les fêtes de Noël approchent et près de 7 millions de foyers vont acheter un sapin ce mois-ci. Le ministère des Finances informe les consommateurs sur les bonnes pratiques pour bien le choisir, qu’il soit artificiel, naturel, flocké…

Le sapin de Noël naturel 

Il est conseillé d’opter pour un sapin Made in France. Soyez attentifs, il y a des publicités mensongères. En 2016, la DGCCRF a démantelé une vaste affaire d’escroquerie autour de la commercialisation de sapins estampillés made in France. Pensant acheter en circuit court, de nombreux clients ont en réalité posé leurs cadeaux au pied d’un arbre en provenance de Scandinavie. L’association française du sapin de Noël naturel (AFSNN), qui regroupe plus de 130 producteurs sur tout le territoire, recommande de se fier aux labels. Pour connaître les marques et labels des sapins de Noël, consulter la page dédiée sur le site de l’AFSNN. Un Label Rouge, qui définit plusieurs critères de qualité (culture, coupe, conditionnement et expédition des sapins) devrait pouvoir vous guider.

Les sapins issus de l’agriculture biologique sont produits sans aucun engrais chimique.

Les sapins Label Rouge

Les sapins peuvent être porteurs d’un Label Rouge sous l’appellation Sapin de Noël coupé. Il répond à un cahier des charges garantissant :

  • Un sapin issu des espèces Nordmann ou Epicéa, ne présentant pas de traces de boues, indemne de branches cassées ou mortes ou de dégâts causés par des parasites (champignons et insectes).
  • Le respect de critères esthétiques précis : forme, couleur, symétrie et densité de l’arbre sont encadrées.
  • Une coupe de l’arbre à partir du 21 novembre afin de préserver sa fraicheur.

Enfin, comme le précise le cahier des charges, « sont exclus de la certification le sapin de Noël floqué, givré, glacé ou traité avec un colorant » ainsi que « le sapin de Noël en pot et le sapin de Noël élevé en conteneur ».

Un sapin artificiel

En fonction du type de sapin commercialisé, les professionnels sont tenus d’assurer la sécurité des consommateurs et de les informer des risques liés à leurs produits. Cette obligation concerne les sapins floqués (même naturels) et les sapins artificiels. En l’absence de ces indications, il est conseillé de ne pas acheter.

Les sapins floqués

La loi fait obligation aux professionnels d’apposer sur ces arbres, décorés avec de la neige ou du givre artificiel la mise en garde suivante : « Ne pas approcher d’une flamme ou d’un corps incandescent (bougies ou cierges magiques, par exemple). Ne pas laisser de guirlandes électriques branchées sans surveillance ». Cette recommandation peut également se faire par voie d’affichage sur les lieux de vente de façon visible, lorsque ces produits sont distribués sans étiquetage ou sans notice. Ces indications, alertant les consommateurs sur les risques d’inflammabilité, doivent être assorties du pictogramme représentant une flamme. Ces dispositions concernent également les branches d’arbres ou les compositions ayant subi le même traitement.

Le danger d’un sapin artificiel réside dans les extrémités des branches d’arbre. Elles doivent être conçues de manière à éviter tout risque de blessure, par exemple en étant munies d’une protection. Sont considérés comme conformes à cette exigence, les produits faisant référence à la norme NF S 54‐200 de décembre 1994, relative aux arbres de Noël artificiels – protection des extrémités métalliques.

Précautions d’emploi

  • Si votre sapin est artificiel, vérifiez bien que les extrémités des branches comportent des bouts solidement fixés ou sont repliées.
  • N’allumez jamais les bougies que vous accrochez aux branches. Attention aux cierges magiques projetant des étincelles.
  • Si le sapin est recouvert d’un flocage, les risques d’inflammabilité sont encore plus importants : évitez tout contact avec une flamme ou un corps incandescent.
  • Ne laissez pas vos guirlandes électriques branchées, sans surveillance, toute la journée ou toute la nuit, car la chaleur des lampes ou un court-circuit pourrait provoquer un incendie. Au sujet des guirlandes électriques, nous vous conseillons la lecture de l’article Guirlandes électriques : les précautions d’emploi sur le site de la DGCCRF.

Comment donner une seconde vie à son sapin ?

Une fois les fêtes terminées, ne le déposez pas sur le trottoir, c’est passible d’une amende pouvant atteindre 150 € pour dépôt sauvage d’ordures. Vous pouvez :

  • S’il a des racines, le replanter dans votre jardin ou s’il est en pot le réutiliser l’an prochain,
  • le déposer en point de collecte ou à la déchetterie,
  • le rapporter à la jardinerie. Certaines les reprennent et se chargent de les replanter,
  • en faire du bois de chauffage,
  • l’utiliser comme paillage dans votre jardin après broyage.

Joyeux Noël !

 

Mots-clés :

Articles en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *