Franquevielle : Les 100 ans de Rolande Save dignement fêtés

Rolande Save, surnommée affectueusement la Parisienne, était l’invitée de la municipalité, aidée par le comité des fêtes pour fêter son centenaire, ce samedi 30 septembre.

Rolande, très élégante et maquillée fait son entrée dans le foyer du village sous les applaudissements. Même si elle a besoin d’être un peu soutenue, la centenaire a encore fière allure.

Les villageois, invités pour l’occasion, viennent à tour de rôle la saluer avant que Virginie Nicolas prenne la parole. A noter la présence de Jean-Paul Manent, Président du SIVOM SGMA.

« 30 000 personnes  en France peuvent se flatter de franchir le cap des 100 ans en  2023. Il y a un siècle, seuls 150  y parvenaient.

« La Parisienne » à l’honneur

Un siècle de vie et presqu’autant de souvenirs à évoquer entre amis. Ce privilège est surtout réservé aux femmes, puisqu’elles dépassent de cinq ans l’espérance de vie des hommes.

Il se trouve que Franquevielle a la chance de compter parmi ses habitants, l’une de ces centenaires, Madame Rolande Save, qui reçoit aujourd’hui l’hommage de la commune, en son sein.

Rolande Save, vous n’ignorez pas que nous vous surnommons affectueusement «  La Parisienne ». Et pour cause, vous êtes née à Paris il y a 100 ans jour pour jour. Votre père était agent de la préfecture de police de Paris et votre mère était une femme au foyer. Vous avez été pensionnaire et avez souffert de l’éloignement de vos parents et de votre frère. Que l’hiver était rude dans ce dortoir aux vitres gelées l’hiver. Jeune femme, vous avez intégré à votre tour la Préfecture de Police de  Paris. Après une dure semaine de travail, il vous tardait de rejoindre en train la Seine et Marne et sa verdure, pour profiter du bon air et du jardin. Déjà vous aviez soif du grand air.

Les Pyrénées pour toute la famille

Pendant la guerre vous avez subi l’occupation allemande , la Peur sur la ville, et vous avez été contrainte de continuer à travailler sous l’étroite surveillance de l’occupant.

Que de joie le jour de la libération de Paris. Avec les autres, vous êtes descendue exulter votre joie et braver les derniers occupants repliés,  chanter  votre amour de la patrie. Vous avez connu la liesse populaire au passage des Libérateurs et en gardez un émouvant et très vivant souvenir.

Lasse de la vie parisienne , toute votre famille a décidé de rejoindre les Pyrénées où elle y avait des attaches et  de s’y établir. C’est ainsi que votre mère s’est installée à Franquevielle.

Plus tard ,  vous  avez rejoint votre entière famille avec Robert, votre compagnon que vous avez connu au travail.

Comme vous êtes une personne attachante, vivante, curieuse de tout, cela vous conserve, vous protège, vous rend agréable.

Un hommage aux institutions s’occupant des personnes âgées et aux infirmiers

Comme Coco Chanel le disait, personne n’est jeune après 40 ans, mon on peut être irrésistible à tout âge, c’est tout à fait votre cas. Votre  vivacité d’esprit, votre humour nous frappent tous.

Un  tel anniversaire est un moment inoubliable pour ceux qui vous entourent et vous accompagnent au quotidien. C’est un moment fort dans la vie d’une commune. Aussi, il m’a paru tout à fait indiqué que le conseil municipal vous honore à son tour. D’abord, pour vous féliciter de cette exceptionnelle longévité, qui est certes due à une santé à toute épreuve, mais aussi à votre tempérament et  votre combativité.

La vie n’est pas un long fleuve tranquille. Quelles que soient les difficultés vous n’avez jamais renoncé.

Cette fête me permettra aussi de rappeler ce que la commune, le SICASMIR dont vous êtes bénéficiaire, l’ADMR, le SIVOM qui assure le portage des repas, le  Département de la Haute-Garonne,  s’engagent pour le maintien des personnes à leur domicile quand la maladie ou le grand âge nécessitent de leur porter assistance. Je n’oublie pas nos infirmiers et infirmières libérales qui chaque  jour apportent les soins nécessaires au maintien à domicile. Ils effectuent une veille active et font leur maximum chaque jour.  Je les en remercie.

Notre objectif à tous est  de faire en sorte que nos anciens puissent vivre longtemps et en bonne santé dans leur  commune.  Les collectivités doivent rester solidaires pour que ce type de services soit pérennes.

La solidarité intergénérationnelle dans une commune

Une commune, c’est un ensemble de plusieurs générations. Or, je crois beaucoup à la solidarité entre les générations, à charge, pour les uns d’apporter leur jeunesse et leur fougue, et pour les autres, ce recul indispensable à l’action. Ce n’est là qu’un juste retour de sollicitude, d’affection et de tendresse envers ceux qui nous ont précédés et qui, aujourd’hui encore nous enseignent leur sagesse et nous guident de leurs conseils. C’est pour cela que vous avez autour de vous des amis fidèles et dévoués, et surtout Nicole qui veille sur vous et vous apporte tout son soutien.

Chère Madame Save  soyez honorée, en ce jour, par vos amis et par votre commune et par son comité des fêtes. L’événement valait bien un geste de la part de tous ceux qui vous admirent et vous respectent. »

Une soirée toute en chansons

Rolande est couverte de fleurs de la part de la municipalité mais également de celles d’habitants.

Le verre de l’amitié était partagé entre tous et les bougies du gâteau furent soufflées. Marie-Pierre Armagnac et son complice, interprétaient durant une heure trente, des chansons que la récipiendaire avait choisies elle-même.

Elle a vraiment apprécié ce moment de convivialité et de partage qui s’est prolongé pour elle jusqu’à 22h30 après quelques tapas du foodtruck le Vagabond, avalés. C’est Thomas Usero, vice-président du comité des fêtes qui la raccompagnait chez elle pour une bonne nuit de repos après toutes ces belles émotions. Avant de partir, elle recommandait aux jeunes d’être bien raisonnables…

La soirée s’est poursuivie pour les invités après minuit.

 

Mots-clés :

Articles en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Ne manquez plus un article :