La Brique Rose, de la crème pour les éleveurs-laitiers de Haute-Garonne

Elle arrive enfin dans les rayons de certains supermarchés du département, la fameuse Brique Rose remplie de bon lait d’éleveurs Haut-Garonnais, réunis autour du projet éponyme, innovant et porteur d’espoir pour la filière. Florian Leguay, du Gaec de Sepx, président de l’association La Brique Rose, dont le siège social est à Saint-Gaudens, répond aux questions de la Petite République.com.

Comment est né le projet Brique Rose ?

« Ça fait environ neuf ans que nous réfléchissons avec notamment les Jeunes Agriculteurs dont je faisais partie à l’époque, Sébastien Albouy président de la Chambre d’agriculture et d’autres, sur un projet de valorisation de la production laitière en Haute-Garonne. Après plusieurs essais non aboutis, la Brique Rose sur laquelle on travaille depuis trois est enfin finalisée. C’est la première brique de lait 100% transformée et conditionnée en Haute-Garonne, avec du lait collecté dans les huit exploitations laitières participantes. Elle sera mise en vente dans les rayons des supermarchés distributeurs le 15 décembre. Pour le moment chez Carrefour, mais une douzaine d’autres distributeurs sont sur les rangs. »

Quels sont vos partenaires ?

« Ce projet né de la volonté conjointe des éleveurs et de Jérôme Servières, directeur général de YéO frais, laiterie coopérative de transformation de produits ultra-frais, a été développé grâce à de nombreux soutiens : la Région Occitanie, le Département, la Chambre d’agriculture, Toulouse-Métropole, les intercommunalités Cœur et Coteaux de Comminges, Cagire-Garonne-Salat, Cœur de Garonne, des entreprises en lien avec nos exploitations, fournisseurs, vendeurs de matériels, vétérinaires, etc. Sans oublier un financement participatif sur la plate-forme Mimosa. »

Quels avantages financiers pour les éleveurs participants ?

« Par rapport au prix moyen du litre de lait, ils sont rémunérés 50 centimes de plus, mais pour être plus parlant, 50€ de plus sur une tonne de lait reviennent directement au producteur. On sait qu’à la fin de l’année la tonne sera aux environ de 500€, cela fait une augmentation de 10% ce qui n’est pas négligeable. Sur les huit exploitations, nous allons produire 3 millions et demi de litres de lait. C’est relativement peu, mais il est prévu d’augmenter la production en 4 ou 5 ans à 10 millions de litres ».

Quels sont les objectifs de la Brique Rose ?

« Bien que modeste, ce projet se veut un tremplin pour la filière lait de la Haute-Garonne, où la déprise agricole est importante. Selon les chiffres nationaux, la moyenne d’âge des producteurs est de 55 ans. D’ici 5 ans, beaucoup seront à la retraite et personne pour reprendre après eux. Et la Brique Rose nous l’espérons va redonner de l’attractivité au métier avec deux leviers : d’une part la plus-value pour les exploitations, et d’autre part le sens que l’on apporte à notre métier par ce biais. Car nous maîtrisons le devenir de notre lait, de bout en bout. Ainsi nous espérons, en restant humbles, créer un appel d’air pour attirer les jeunes éleveurs laitiers locaux et ainsi développer et faire prospérer la filière. »

A noter, les consommateurs pourront donner leur avis en navigant sur le site dédié, inscrit sur la Brique Rose de la Haute-Garonne.

Mots-clés :

Articles en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.