De l’Ukraine à l’Iran. Liberté je crierai ton nom

De l’Ukraine à l’Iran. Liberté je crierai ton nom

Bien installé dans nos conforts d’un monde occidental quelque peu en décrépitude, nous perdons trop souvent le sens des réalités, le sens des échelles de valeurs. Sans oublier ceux d’entre nous qui sont en souffrance bien sur, nous débattons souvent de problématiques de riches pendant que d’autres se battent pour leur survie ou leur liberté. Certes manger une côte de bœuf bien grillée au barbecue entre amis devrait nous emmener de la culpabilité, certes comme par hasard monsieur Bayou a un caractère fort à quelques semaines du congrès des verts, certes un homme public a droit à un procès médiatique avant celui de la justice, certes un ministre d’état et le tout puissant secrétaire de l’Elysée continuent à exercer de très hautes responsabilités alors qu’eux ils ont affaire à la justice étant mis tous deux en examen pour des faits graves…
Pendant ce temps là un autocrate met le monde s’en dessus dessous faisant des milliers de victimes en Ukraine et un système politique archaïque, basé sur la religion, asservit les femmes de tout un pays. Un système qui tue pour une mèche qui dépasse d’un foulard porté de force par une jeune femme de 22 ans qui ne demandait qu’à vivre dans l’insouciance et s’ouvrir au reste du monde. Pour garder leur privilège, il n’hésite pas à réprimer dans le sang toute forme de manifestation citoyenne qui s’en suit actuellement.
Les mots deviennent alors inutiles. Chacun à sa manière, montrons nous solidaire et sortons de nos égocentrismes qui détruisent nos sociétés consuméristes. Soyons tous ces femmes iraniennes, même nous les hommes qui aimons la tradition de la côte de bœuf au barbecue ou je ne sais quoi ; soyons cet enfant, cette femme, ce vieillard tués sous les bombardements russes ou achevés à la kalachnikov par des militaires qui ont perdu tous sens de l’humanité avec des comportements barbares relevant de crimes contre l’humanité.

Pensons à eux pendant que nous écoutons « Bella Ciao » en Persan et soyons heureux d’avoir la laïcité en France, ciment de la cohésion sociale et du vivre ensemble. Je suis Masha Amini

 

 

Mots-clés :

Articles en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

S'abonner à la newsletter

Derniers articles

Ne manquez plus un article :