Editos

Il n'y a aucun article ici

Une rentrée… comme les autres ou presque

Comme chaque année, on nous promettait du sang et des larmes et on allait voir ce qu’on allait voir. Le peuple allait descendre dans la rue pour hurler sa colère et faire tressaillir la République. Aux armes citoyens

Les débats de l’assemblée nationale se font sur les réseaux sociaux! Dérive ?

Décidément le palais Bourbon et les codes qui le régissent ne sont plus du tout ce qu’ils ont été. Ce sanctuaire de la démocratie fonctionne désormais avec des règlements et un fonctionnement d’un autre temps et par opposition avec de nouvelles dispositions, qui sous un prétexte de transparence et de démocratie, en font un lieu de théâtre où se déroulent des comédies ou tragédies souvent mal écrites et dans tous les cas surjouées.

Sommes- nous tous devenus aveugles ? PetiteRepublique.com en Ukraine

Accaparés dans nos soucis quotidiens et des problématiques de riches pour la quasi totalité d’entre nous, nous avons perdu le sens des réalités. Nous tenons pour acquis ce qui ne l’est pas et notre consumérisme avec un zeste d’individualisme font le reste.

PetiteRepublique.com fait peau neuve

Le journal PetiteRepublique.com vient de fêter ses 6 ans d’existence. Il a bien grandi depuis cette époque et s’est bien installé dans le paysage des médias locaux de la Haute Garonne où il est reconnu en tant que tel. Ce sont maintenant 14 collaborateurs qui y travaillent pour vous éclairer sur la vie locale. Selon les périodes et les circonstances, PetiteRépublique.com c’est entre 100000 et 200000 pages/vues par mois. Une belle visibilité pour toutes celles et ceux qui veulent se faire connaître. Certains encarts publicitaires font 1 800 000 vues par an.

Des vœux 2022 heureux ! Réveillons nous

avoir l’audace de croire, malgré toutes les indications contraires, que nous pouvions restaurer un sens de la communauté au sein d’une nation déchirée; l’audace de croire que malgré des revers personnels, la perte d’un emploi, un malade dans la famille ou une famille empêtrée dans la pauvreté, nous avions quelque emprise, et par conséquent une responsabilité sur notre propre destin

Verra-t-on le bout du tunnel un jour ?

On s’est déchiré entre les pours et les contres à moins que ce soit l’inverse et les complotistes sont venus rajouter à la confusion. Les dogmatismes se sont fait légion et n’arrivant pas à nous mettre d’accord sur un intérêt collectif, les intérêts individuels se sont répandus comme une pandémie, la pandémie la plus dangereuse actuellement dans notre société : l’individualisme.

S'abonner à la newsletter

Derniers articles

Ne manquez plus un article :