Joël Aviragnet et Carole Delga : union des forces vives du territoire, mobilisation et détermination

Joël Aviragnet, actuel député du Comminges et du Savès, avec Marie-Claire Uchan, sa suppléante, ainsi que la présidente de la Région Occitanie Carole Delga, ont inauguré ce vendredi 6 mai leur local de campagne (1 rue Mathé à Saint Gaudens) pour les élections législatives des 12 et 19 juin prochains. Ils ont tous trois exprimé une volonté d’union pragmatique et déterminée sur le territoire, au service d’une politique de gauche.

L’inauguration en fin d’après-midi avait attiré une assemblée qui débordait largement à l’extérieur du local. De ce fait, c’est sur le pas de porte et au micro que Joël Aviragnet, Marie-Claire Uchan et Carole Delga ont successivement pris la parole devant un parterre de militants et d’élus, parmi lesquels on reconnaissait, entre autres, le conseiller départemental Patrice Rival et le président de la Communauté de communes des Pyrénées Haut Garonnaises Alain Puente.

Joël Aviragnet a engagé sa campagne sur le chemin de «la démocratie, de la laïcité, de la République unie, solidaire et de gauche, la République des territoires» avec la volonté de mobiliser «les acteurs de terrain, l’État, les collectivités territoriales, les associations, les entreprises et les citoyens, car c’est en unissant nos forces que nous pouvons continuer à bâtir ensemble des solutions qui profitent à tous. Nous allons unir nos forces au profit de notre territoire».

Joël Aviragnet: « J’en appelle à tous afin que nous l’emportions face au libéralisme et à l’extrême droite »

 

Rencontre entre responsables locaux des différents partis de gauche pour discuter de l’accord national

Joël Aviragnet annonce qu’il invitera dans la semaine à venir les représentants locaux des partis signataires de l’accord national entre le Parti Socialiste, Europe Écologie Les Verts, le Parti Communiste Français et La France Insoumise, «un accord toutefois sur lequel j’émets encore des réserves. Nous discuterons et je vous rendrai compte» annonce-t-il.

Pas de retraite à 65 ans, garantir le pouvoir d’achat et la présence  services publics de qualité

De manière concrète, Joël Aviragnet rappelle «nous ne voulons pas de la retraite à 65 ans, et même à 67 ans comme l’annonce Édouard Philippe et son parti Horizons, nous ne voulons plus que les enseignants ne soient pas remplacés, nous ne voulons plus que des classes se ferment et que des médecins soient de plus en plus rares sur les territoires».

«Nous voulons garder les départements, nous voulons des formations de qualité, un hôpital performant, un médecin référent pour chaque commingeois et sa famille, un magistrat pour les familles et les enfants en difficulté, et aussi un salaire décent afin que l’on puisse vivre de son travail.

Alors oui, nous voulons ! Je m’engage à continuer à défendre le Comminges et le Savès, avec ses habitants, à garantir le pouvoir d’achat et des services de qualité : la Santé, la Justice, l’Éducation, avec des services de proximité.

J’en appelle à l’union de toutes les forces progressistes, humanistes et sociales. J’en appelle à vous tous afin que le 12 et 19 juin nous l’emportions face au libéralisme et à l’extrême droite».

Carole Delga: « Tous au combat avec détermination, avec passion ».

L’union de forces de gauche contre l’extrême-droite et face à la politique d’Emmanuel Macron

Carole Delga, présidente de Région, et directrice de campagne pour les élections législatives en Comminges, a de la même façon tenu un discours d’union, mobilisée contre l’extrême droite et face à la politique menée par Emmanuel Macron : «l’extrême droite (en tête dans la circonscription lors des élections présidentielles) demande l’union de toutes les forces militantes de gauche et aussi de tous les citoyens. Avec Joël (Aviragnet) et Marie-Claire (Uchan) nous avons un duo qui continuera à porter les idées de la gauche, parce que nous nous sommes battus tous ensemble, je dis bien tous ensemble, avec les représentants syndicaux, les élus locaux, pour que le Comminges ne subisse pas le même sort que trop de territoires ruraux ont subi avec Emmanuel Macron, parce que nous avons la chance d’avoir un Département socialiste, une Région socialiste. Et nous avons réussi à inverser le cours des choses».

Les réussites de l’union

Carole Delga prend l’exemple de la ligne Montréjeau–Luchon («ce n’est pas le gouvernement qui l’a voulue, c’est parce que nous nous sommes battus tous ensemble»), des collèges et lycées érigés sur l’ensemble du territoire («avec la rentrée scolaire la moins chère de France aussi bien pour les collèges que pour les lycées, c’est ici en Haute Garonne et en Occitanie, parce que nous savons que l’émancipation par l’école est fondamentale pour permettre à chaque jeune d’accéder à l’escalier de la réussite»). Autre combat, celui pour l’hôpital de Saint Gaudens, avec l’obtention des dotations exceptionnelles («pas assez, mais l’Agence Régionale de Santé va bien sûr entendre parler de nous pour qu’il y en ait de supplémentaires. Parce que nous avons toujours défendu l’hôpital local»).

Ensemble contre les candidatures d’extrême-droite et de la République en marche

Carole Delga poursuit : «Tout cela nous devons le mener ensemble, pour que le candidat ou la candidate d’extrême droite fasse le score le plus faible possible, et la candidate La République en marche également (…) Avec Marie-Claire et Joël, il y aura des combattants, des combattants sincères, et un député expérimenté. C’est essentiel d’avoir un député expérimenté, parce qu’Emmanuel Macron va se sentir complètement libéré pour son second et dernier mandat. Il faut avoir un maximum de députés de gauche à l’Assemblée nationale parce que nous allons devoir montrer notre capacité à résister».

Une campagne de terrain engagée parce que «rien ne sera facile»

Carole Delga toujours : «on va mener campagne de façon claire, engagée, parce que ici nous voulons continuer à avoir  Marie-Claire Auchan, et Joël Aviragnet comme député. Nous sommes fiers du travail qui a été mené, et avec Georges Méric (Président du Conseil départemental) nous souhaitons tous les deux poursuivre ce travail collectif. Parce que tu nous a aidés, Joël, quand il a été nécessaire de monter au niveau de l’Assemblée nationale pour des combats».

«Nous allons nous engager fortement, nous allons avoir des actions militantes, des rencontres, des réunions publiques. Nous allons avoir besoin de vous tous et de vous toutes. Parce que rien ne sera facile, parce que l’extrême droite va vouloir maintenir un score élevé et la macronie va aussi se mobiliser. Emmanuel Macron est en train de préparer des actions qui vont être rudes. Il va falloir fortement mobiliser. Tous au combat, avec détermination, avec passion, et on va faire en sorte que la victoire soit au bout du chemin, tous ensemble».

Mots-clés :

Articles en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

S'abonner à la newsletter

Derniers articles

Ne manquez plus un article :