Elle a bon pied bon œil, Jeanne Cazaux, toute pimpante pour son centième anniversaire ce jeudi 18 novembre. Sans canne, droite comme un i, elle est la reine de la journée, entourée de sa famille aimante et elle savoure intensément son bonheur de les avoir près d’elle en ce jour si spécial.

Fille d’un cheminot et d’une ouvrière en filature, Jeanne Fanjeau est née le 18 novembre 1921 à Rébirechioulet, quartier de Saint-Pé Delbosc. Elle épouse à 19 ans Charles Cazaux, gendarme, qu’elle suivra de caserne en caserne au gré de ses mutations. « Mais je n’ai moi-même jamais travaillé, dit-elle en riant, à l’époque c’était interdit pour les femmes de militaires. » Ils auront deux enfants, Jacques et Dany, puis la famille s’agrandira avec les petits-enfants, Fabien, Eric, Mickaël, et les arrière-petits-enfants Amélie, Alexis, Erwan et Célia. Du bonheur en plus à chaque fois.

En 1989, Jeanne et Charles (décédé il y a 8 ans) sont revenus passer le temps de la retraite à Saint-Pé, où la vie est douce et tranquille. Malgré de rudes épreuves de santé dont Jeanne a triomphé, elle a gardé l’énergie et la joie de vivre qui la caractérisent, aimant s’activer, broder et tricoter, et s’occuper de ses proches.

Avec un énorme bouquet de fleurs, un poème et beaucoup d’émotion, le maire Jean-Pierre Fortassin et son premier adjoint Louis Duclos, sont venus fêter Jeanne, la toute première centenaire du village. Ensuite les convives se sont attablés autour de l’aïeule, ciment et mémoire de la famille, pour trinquer, partager la pièce montée et souffler avec elle ses cent bougies.

Bon anniversaire Jeanne, du fond du cœur.