Saman : Discours du maire Julien Lacroix : L’abolition de la peine de mort, le choix de la civilisation contre la barbarie

Le week-end dernier, le comité de fêtes de Saman a organisé la fête locale, cette reprise tant attendue fut un vrai succès. Lundi 18 octobre, la traditionnelle cérémonie au monument aux Morts a donné l’occasion au maire Julien Lacroix, devant la population rassemblée, de rappeler que les acquis sociétaux et civilisationnels doivent être farouchement préservés.

« En ces temps troublés, reconnaît le maire Julien Lacroix nous avons besoin de moments de communion et de repères. Notre village est attaché à ces instants, et la commémoration est un de ces liens qui unissent les générations à travers le temps et l’Histoire. Nous sommes les passeurs de mémoire envers nos enfants, nos frères et sœurs, nos pères et mères, morts pour nous, pour la liberté, pour la France. C’est aussi un devoir de témoignage et de vigilance, d’autant plus important que les générations s’éteignent : nous avons récemment perdu Hubert Germain, dernier Compagnon de la Libération. »

« Quels que soient les conflits et les époques, ces hommes et ces femmes se sont battus au nom de nos valeurs républicaines et patriotiques. » Evoquant l’abolition de la peine de mort il y a quarante ans, sous l’impulsion de Robert Badinter, le maire souligne que la France a fait le choix de la civilisation, tournant le dos à la barbarie. « Au-delà de la barbarie, il y a les faits, la peine de mort n’a jamais empêché les hommes de commettre des crimes. De plus, aucune justice n’étant infaillible, il y a l’incertitude, ce qui rend la peine de mort moralement inacceptable. »

« Il a fallu des hommes courageux pour bâtir une justice fondée sur la raison et l’humanité, pour refuser la loi du Talion, la vengeance par le sang. » Le maire cite Robert Badinter : « La France est grande, non seulement par sa puissance, mais au-delà de sa puissance, par l’éclat des idées, des causes, de la générosité qui l’ont emportée aux moments privilégiés de son Histoire. »

« Quand certains s’acharnent à nous tirer en arrière sur un sujet aussi crucial, ils ne cherchent rien d’autre qu’à nous diviser, à ternir nos idées, à éteindre notre générosité. Mon devoir d’élu est aussi de rappeler que l’abolition de la peine de mort est irréversible, comme l’est l’aspiration à toujours plus d’humanité. Si nous sommes rassemblés aujourd’hui c’est pour que nos enfants connaissent un avenir meilleur et plus juste, et pour célébrer nos valeurs de liberté, égalité et fraternité. »

Après une minute de silence, la Sonnerie aux Morts, le Chant des Partisans et la Marseillaise ont retenti. Hymnes à jamais le ciment mémoriel de notre Histoire commune.

Mots-clés :

Articles en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.



S'abonner à la newsletter

Derniers articles

Ne manquez plus un article :