La thématique du maraîchage en Comminges a été abordée lors de la table ronde qui s’est tenue à Blajan mardi 5 octobre. Blajan, commune hôtesse, car elle a été force de proposition pour la couveuse maraîchère en cours d’installation sur ses terres, sous l’égide de la Communauté de communes 5C. Les acteurs du territoire ont échangé sur la structuration d’une filière maraîchère en devenir sur le Comminges.

La réunion s’est articulée en trois volets :

  • Introduction : des représentants du PETR*, de la 5C, de la Fédération des Cuma Haute-Garonne/Ariège, ont exposé leurs rôles respectifs de soutien à projets, pour accroître l’innovation, la compétitivité, et accompagner la transition énergétique.
  • Production : témoignages de responsables de la Cuma des trois coteaux, de l’espace-test Terra Rural à Blajan, d’un GIEE* en maraîchage diversifié.
  • Filières : échanges sur la logistique et les débouchés en production légumière, avec Relais Cocagne, PSbS31 et Légumerie Droites dans ses bottes, Terra Alter et Biocoop.

Les Cuma, sociétés coopératives agricoles, permettent aux adhérents d’acheter et utiliser du matériel en commun, dans un cadre juridique défini. Elles permettent de réduire les coûts de la mécanisation, et peuvent être un levier utile pour les maraîchers. Une étude réalisée par le Conseil départemental pour la Fédération des Cuma 31-09, a ciblé leurs besoins et leurs attentes, spécifiques à leur secteur, afin d’initier discussions, regroupements, partenariats.

Clément Chesnais, chargé de mission au PETR, a rappelé le Plan alimentaire territorial (PAT) porté par cette structure : « Dans ce cadre, deux actions sont menées, Terra Rural, animation foncière pour l’installation des maraîchers, en lien avec la Chambre d’agriculture et la Safer ; la couveuse maraîchère, avec un espace-test à Blajan et un autre à Huos. Il s’agit de dupliquer le modèle pour les entreprises, et créer un espace où les maraîchers viendront expérimenter leur exploitation avant de se lancer à leur compte. » A Blajan Bastien Angélo est maraîcher encadrant et accompagnera les « couvés ».

Pour les perspectives de commercialisation, plusieurs structures ont témoigné. Charlotte Gomez, du Relais Cocagne 31, a présenté la plate-forme de logistique au service des producteurs, de la filière bio et de l’emploi : « Nous avons 6 sites de production sur le département, 4 jardins en maraîchage diversifié qui sont aussi des structures d’insertion, un producteur de kiwis, une ferme pilote dédiée à de l’approvisionnement légumier en demi-gros. La commercialisation s’effectue essentiellement sous la forme de paniers aux consommateurs. Notre spécificité est de faire appel à des producteurs partenaires pour compléter notre propre production. En effet nos terrains ne suffisaient pas à alimenter l’intégralité des paniers sur l’année. Et on ajoute ainsi d’autres cultures, comme la pomme de terre. » Le Relais coordonne l’approvisionnement local avec une vingtaine de producteurs.

L’association Produit sur son 31 (PSS 31) quant à elle, est une plate-forme de distribution (viande, épicerie, produits laitiers, fruits et légumes, boissons) vers la restauration collective, commerciale, et les magasins. Grâce à sa marque, elle valorise les terroirs, les producteurs s’engagent sur une charte de qualité et des cahiers des charges garantissant l’origine, la traçabilité, la fraîcheur et la saveur de leurs produits.

La légumerie Droites dans Nos Bottes, vient de créer la marque C’est Prêt, pour les magasins locaux. Cette gamme de préparations de légumes précuits, sous vide, prêt à cuisiner, sans additifs sans conservateur, est en test.

Terra Alter Gascogne, dans le Gers, a 3 objectifs, soutenir les producteurs bio locaux, favoriser l’emploi de personnes en difficulté, et promouvoir l’alimentation de qualité en collectivité. 4 légumeries ont été créées depuis 2015.

Avec le réseau Biocoop, toutes ces possibilités partenariales pour la distribution maraîchère Commingeoise ouvrent la route de la diversification de l’offre en légumes frais bio. En rapprochant la production de la consommation, les projets en cours feront que le Plan territorial Alimentaire deviendra une réalité, soutenant une économie rurale en devenir.

* Pôle d’équilibre territorial et rural (regroupement des 3 intercos 5C, Cagire Garonne Salat, CC Pyrénées Haut Garonnaises) ; *Groupement d’intérêt économique et écologique

hvvttps://cocagnehautegaronne.org/

https://www.interbio-occitanie.com/les-entreprises-bio-regionales/terra-alter-gascogne

https://www.produitsurson31.fr/

 

 

v