Dans la vaste cour intérieure du collège Léon-Cazeneuve flambant neuf, un aréopage de personnalités s’est déplacé mardi 7 septembre pour l’inauguration de ce bel établissement. Il remplace désormais l’ancien collège, devenu vétuste et trop onéreux à réhabiliter. Le président du Conseil Départemental Georges Méric était accompagné de Vincent Gibert, son vice-président en charge de l’Éducation, de Sandrine Baylac et Loïc Gojard, conseillers départementaux de Cazères, d’Aymeric Meiss, directeur académique de l’Éducation Nationale. Le maire de L’Isle-en-Dodon, Lionel Welter, entouré d’élus et de figures locales, fut un hôte attentionné, secondé de Régis Boulay le principal du collège.

« Cet établissement, dont l’ouverture a été reportée en janvier dernier en raison de la crise sanitaire, est très important pour le Comminges, se félicite le président Méric, devant le parterre des parents, collégiens et invités. Il accueille aujourd’hui 134 élèves mais sa capacité a été portée à 250. » Les bâtiments répondent à l’objectif BEPOS (bâtiment à énergie positive), à très faible consommation d’énergie et dont la production est autonome grâce aux énergies renouvelables. La réalisation, entièrement financée par le CD31, a coûté plus de 14 millions d’euros. Disposant d’un plateau sportif, d’un dépose-minute et d’une aire de stationnement pour bus et véhicules légers, le collège bénéficie d’un encadrement compétent : 7 agents départementaux pour la cantine et l’entretien des locaux, 17 enseignants, un documentaliste, une conseillère principale d’éducation (CPE), 3 assistants d’éducation, un secrétaire, une adjointe gestionnaire et le chef d’établissement.

Pour une rentrée sereine des 65 000 collégiens Haut-Garonnais, le CD31 a distribué pour la cinquième fois des masques gratuits, ce qui porte à 500 000 le nombre de masques offerts. Le soutien logistique à la campagne de vaccination a été mis en place.

« L’accès à l’éducation, à la culture, au sport, est une vraie priorité, confirme le président. C’est le sésame vers l’émancipation par l’éveil, l’accomplissement de sa conscience réfléchie, le chemin de la liberté, de l’autonomie responsable. S’émanciper c’est s’affranchir de l’ignorance, des préjugés, des tutelles, des autorités. C’est l’antidote à la barbarie, une promesse de bien-être, une source d’empathie. Le collège est un outil d’émancipation. »

« Sa deuxième fonction est d’être un lieu de rencontre de l’autre, de brassage, de socialisation, qui permet de se construire soi-même. Il forme les citoyens de demain, conscients et responsables. Pour aider les enseignants dans leur mission, le Parcours Laïque et Citoyen a été créé, explicitant aux collégiens la République, son fonctionnement, ses lois et ses valeurs. »

« Beaucoup d’initiatives locales existent, de nombreux acteurs locaux se battent au quotidien pour monter des projets, car ce territoire est ambitieux, renchérit Aymeric Meiss, directeur Académique de L’Education Nationale. Pour l’aider à renforcer l’offre à la culture, à l’éducation et au sport, nous avons des solutions. Notre rôle est de soutenir les secteurs ruraux éducatifs, en partenariat avec les collectivités locales, le Département, la commune. Sur la base de ce magnifique outil et des équipes déjà pleinement engagées, nous travaillerons conjointement à accompagner les élèves vers tous les possibles. Et je m’adresse à chacun des collégiens : donnez le meilleur de vous-même, c’est là l’essentiel. »