Pour la journée gallo-romaine organisée sur le site archéologique de la Villa de Montmaurin, dimanche 18 juillet, l’artisanat était à l’honneur. Dans les jardins de Villa, le public se promenant en famille, a découvert les secrets de fabrication des étoffes anciennes, avec la tisserande Laurence Vaissière de l’Atelier de Sagillia à Saint-Gaudens. Dans sa belle robe tissée et teinte par ses soins, la tisserande fait la démonstration de son art du tissage sur un métier vertical à pesons, de tissage à la grille et aux tablettes. Elle réalise selon la grosseur du fil, soie, lin, laine, des tissus légers ou plus épais pour les vêtements, des couvertures, des tissus pour l’ameublement, des galons, des ceintures. « Petite fille de couturière, je suis tombée dans la marmite de la création textile toute petite ! Mon amour de la Nature m’a conduite à des études de biologie végétale et j’ai ensuite allié mes deux passions dans la teinture naturelle. Je me suis intéressée aux origines de la création textile car je trouve fascinant d’être capable de réaliser entièrement une œuvre textile : produire le fil par filage, lui donner des couleurs grâce aux plantes, tisser ce fil pour en faire une étoffe et enfin créer un vêtement unique. » La reconstitution historique est venue naturellement et elle participe à des événements festifs dans la région.

A quelques mètres, près des vestiges des colonnes de marbre, Mathias Fernandès a installé son tour en bois qu’il actionne au moyen d’un bâton, comme autrefois. La motte d’argile posée au centre du plateau, prend forme sous ses doigts habiles, et devient un bol lisse, inspiré des pièces de vaisselle qu’utilisaient les hommes de l’Antiquité. Venu de l’Aveyron où il travaille dans son échoppe Les Poteries de Luc, Mathias a repris le métier de ses parents : « Je fabrique aussi des poteries sigillées, couvertes d’un vernis rouge et décorées en relief, portant souvent des estampilles, tirant leur nom de sigillum, le sceau. Dans l’Antiquité, elles servaient de vaisselle fine. » Lampes à huile, plats, amphores, médaillons, tablettes, Mathias reproduit toutes sortes d’objets historiques et travaille avec des musées, des sites archéologiques, des festivals, des structures diverses. Cette activité pour Mathias, lui a ouvert les portes d’un monde fascinant, l’Antiquité Romaine, qu’il contribue à faire connaître par ses reproductions et ses ateliers ludiques.

Et l’incontournable artiste Montmaurinoise était aussi de la fête, Nathalie Sajoux mosaïste qui participe depuis longtemps aux animations de la Villa. Elle animait un atelier d’initiation pour les enfants qui a toujours autant de succès. En ajoutant les visites guidées, le mini-site de fouilles pour les enfants, le spectacle conté de Ludivine Henocq « Sur le manteau d’un monde », la journée gallo-romaine fut une magnifique plongée dans l’Antiquité, au carrefour de la réalité et du rêve.

http://www.montmaurin-archeo.fr