Les professionnels sont à bout, ils le disent haut et fort, ce samedi 30 janvier. Face aux Pyrénées sur le plateau de la Station de Luchon-Superbagnères. Ils ont imploré les dieux de la montagne mais avec eux le gouvernement.

Claire et Christophe du collectif du Haut Comminges, avaient une fois de plus invité tous les professionnels de la montagne, élus, restaurateurs, commerçants, saisonniers, moniteurs, à venir s’agenouiller pour une minute de silence face au Pyrénées. Ceci après le succès de la première manifestation du 4 décembre 2020. https://www.petiterepublique.com/2020/12/04/luchon-plus-de-1000-manifestants-sur-les-allees-detigny/

Face au blocage des activités dans les stations de skis en colère contre le gouvernement, dans l’incompréhension totale, un certain nombre avait fait le déplacement, la plupart en empruntant l’ascenseur valléen mis gratuitement à leur disposition par les gestionnaires de la station. L’on pouvait s’interroger sur l’opportunité, d’un tel regroupement de personnes, au beau milieu de cette vague pandémique. Chacun équipé de son masque, les gendarmes ont amené avec discrétion à appliquer les règles de distanciations.

La chute de flocons de neige n’a pas empêché de nombreux maires de communes des vallées d’être présents. François Maire de Lège :” nous voulions être aux cotés des sociaux pro. Nous sommes solidaires, nous voyons bien que le blocage de nos stations, va avoir des conséquences catastrophiques sur l’économie locale, le pire est à craindre…”

Au micro, se sont succédé les élus des assemblées départementales Patrice Rival, Céline Laurenties, venue en amie de Saint-Gaudens, John Palacin Conseiller Régional, le Sénateur Pierre Médevielle : “Gardons espoir, le vaccin est là, nous devrions sortir de cette crise fin de cet été, restons unis et solidaires..” Alain Puente Pt de CCPHG, dans son discours :”Ont est à l’agonie, l’heure n’est plus de savoir si nos stations doivent ouvrir ou pas..? La situation est critique, il faut que le gouvernement nous entende et nous aide.” C‘est un véritable appel au secours.” Jean Lassalle avait dépêché son représentant en la personne de Pierre Claret.

John Palacin a transmis le soutien de la Présidente de Région Carole Delga. “S’il y a un enseignement à tirer de la période, c’est que la solidarité s’est faite jour ! Bravo au collectif du Haut Comminges. Mais c’est aussi le cas dans d’autres vallées des Pyrénées. C’est un véritable espoir, un appui aux pourparlers difficiles, en cours avec l’Etat pour une aide financière auprès des structures gestionnaires des stations de ski.”

Philippe Belo, Vice-Président général de l’UMIH (Union des Métiers de l’Industrie Hôtelière), a souligné le témoignage de cette  belle solidarité montagnarde et remercié les nombreux élus présents.

Julie Pradem-Casat  Commerçante (Vente et location matériel ski) : “Nous avons passé 2 hivers difficiles, 2018/2019. Nous avons perdu 70% de nos chiffres d’affaires précédents. Les aides d’Etat étant basées sur les derniers CA et pour 12 mois (alors que nous fonctionnons sur 4 mois). Donc pas d’aide ou des montants insignifiants…!  A Casat Sports nous avons fait l’effort d’ouvrir nos 2 boutiques, pour rendre service aux touristes venus pratiquer des activités en stations, mettre leurs enfants aux Ecoles de ski. En fait ceci nous est préjudiciable en rapport des règles d’aides, une fois de plus nous passons à coté..! J’aimerai bien que nos institutions prennent en compte tous ces cas particuliers, comme celui des entreprises nouvellement créées, qui ne peuvent présenter de bilans étoffés.”

  • Nous noterons l’absence des représentants des stations, de leurs employés en chômage partiel, des moniteurs de skis. Un effet du manque de message clair ? Il s’agit plus de se soucier de l’après saison, l’après crise, des soutiens financiers si rattachant,  que de la fermeture des stations, qui semble définitivement actée.