Contre la fermeture des remontées mécaniques des Stations de ski à Noël :

Beaucoup de monde à Luchon ce vendredi après-midi. Venus à l’appel du Collectif Haut Comminges, les Elus ouvrant la marche, Georges Mèric Président Du Conseil Départemental et Président du Syndicat mixte Haute Garonne Montagne qui assure la gestions des stations de ski Luchon Superbagnères, Le Mourtis, Bourg d’Oueil. Joël Aviragnet Député, Patrice Rival Conseiller Départemental 31, John Palacin Conseiller Régional, Alain Puent Pt de Communauté de Communes Pyrénées Haut Garonnaises, Didier Cujives Président du comité départemental au Tourisme, Eric Azémar Maire de Luchon, de nombreux Maires venus en soutiens.

Frédéric dans le cortège : « nous sommes plus nombreux que je le pensais, les gens prennent conscience que notre région n’est pas épargnée et qu’il faut s’entraider, se soutenir, quatre stations dans notre vallée c’est énorme l’impact économique sur le local… ! Je peux pas imaginer que les stations soient fermées pour Noël, l’an passé c’était le cas par manque de neige, c’est année il semblerait que la météo nous soit favorable, vraiment, résistons… !

Noa 13 ans, ski Club Luchon-Superbagnères brandissait son panneau où on pouvait lire « JE VEUX SKIER » !..

Ici ou là des panneaux timidement présentés où il était écrit « ARTISANS » « RESTAURATEURS » … Un défilé dans lequel chaque visage exprimait un certain agacement. Un moniteur dans sa tenue rouge : « nous sommes à 2 semaines de l’ouverture, je comprends pas !! on nous dit les stations seront autorisées à ouvrir, mais sans les remontées mécaniques, comment voulez-vous bosser, la montagne OUVERTE !!, mais pourquoi faire, elle sera pas en sécurité et les stations, dans ce contexte, n’auront pas les moyens d’entretenir … »

Georges Méric Pt du CG 31, « nous nous dirigeons vers une perte financière conséquente, difficile aujourd’hui de la chiffrer nous ne connaissons pas les modalités exactes des autorisations qui nous seront données. Nous nageons dans l’absurdité complète, même si nous voulons entendre les risques sanitaires. Encore faut-il prendre en compte les capacités hospitalières dans notre région qui sont loin, à ce jour de la saturation. »

La Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée ainsi que les Départements de l’Ariège, des Hautes-Pyrénées et des Pyrénées-Orientales s’associent au recours engagé, ce jeudi 3 décembre, par la Région Auvergne-Rhône-Alpes auprès du Conseil d’Etat, pour demander l’ouverture des remontées mécaniques dans les plus brefs délais.

« Pour les professionnels, les salariés, les saisonniers, les acteurs de la montagne et les collectivités locales, cette mesure annoncée par le Président de la République est incompréhensible et incohérente…. » « …il n’est pas raisonnable d’imaginer qu’il sera possible de contrôler et d’empêcher nos concitoyens d’aller skier de l’autre côté des Pyrénées. Cette succession de mesures approximatives et incomplètes, sans harmonisation au niveau européen, témoigne d’une impréparation certaine dans la prise de décision.”

“Pleinement conscients de la priorité qui doit être donnée à la sécurité sanitaire, élus locaux et professionnels des Pyrénées ont largement pris part au travail de concertation proposé par le Gouvernement… Aujourd’hui, nous souhaitons collectivement pouvoir poursuivre ce travail et demandons à l’Etat de territorialiser la prise de décision, la situation sanitaire étant différente d’un massif à l’autre… Dans les Pyrénées, en Occitanie, près de 20 000 emplois sont concernés par cette activité économique… Au-delà des retombées économiques, c’est bien de la dynamique et de la qualité de vie dans ces territoires de montagne dont il s’agit.”

  • “Nous ne pouvons pas laisser nos territoires et leurs habitants payer le prix fort d’une décision injuste et incohérente : voilà pourquoi nous nous associons au recours engagé devant le Conseil d’Etat par différents territoires de montagne de notre pays.”

 La CCI Région Occitanie Pyrénées-Méditerranée, mais aussi l’ensemble des CCI (Chambres de Commerces et d’Industries) des Pyrénées demande au chef de l’Etat l’ouverture des stations de ski et des remontées mécaniques, le plus tôt possible.

Les CCI Tarbes et 65, Pyrénées-Orientales, Ariège, Pau Béarn, Bayonne Pays Basque et Toulouse 31, sont extrêmement préoccupées, alors que la saison de ski pourrait être reportée de près de 2 mois, selon les annonces du Président de la République et du Gouvernement. Les CCI des Pyrénées insistent sur le caractère prépondérant des stations de sports d’hiver dans l’activité touristique de la montagne qui fait vivre plusieurs milliers d’habitants du massif avec de nombreux emplois induits : 1 € de chiffre d’affaires de remontées mécaniques génère 7 € de chiffre d’affaires dans les commerces, hébergements, restaurants, etc.