Une cantèra ou cantada, “qu’es aquó” ?

  • “C’est une partie de chant a capella spontanée autour d’un verre ou d’un repas, à l’occasion d’un rassemblement familial ou d’une fête de village.”

Cette tradition puise sa source au plus profond de la société pyrénéenne. Sur le plan musical, elle se caractérise par un phrasé tout à fait singulier et une polyphonie naturelle, instinctive et particulièrement brillante, transmise par la seule oralité. Sur le plan social, si la cantèra était par le passé le seul divertissement collectif, avec les danses, dans une vie rythmée par les durs travaux de la terre, elle demeure aujourd’hui un moyen de rencontre et d’échange au sein des territoires des Pyrénées centrales.

La pratique en Comminges :

Cette pratique collective, fortement ancrée en Comminges, notamment dans les hautes vallées, a connu une désaffection au cours des années 90 et 2000, au point qu’une grande partie du répertoire, transmis oralement, a été perdu. Seul un témoignage de cette pratique s’est partiellement maintenu au travers de certains orphéons et groupes folkloriques.

A partir de 2012, avec mon ami Mathieu BARES, du duo ARREDALH, nous avons “organisé” des moments de chants collectifs. Lui, rapportait de ses séjours en Béarn le terme de “cantèra” et un répertoire bien fourni en gascon et français. De mon côté, je rassemblais les souvenirs de ces parties de chant connues dans mon enfance et recherchais activement le répertoire local.

Le répertoire s’est rapidement présenté comme l’élément clé de notre démarche

Afin de disposer de suffisamment de chants à partager, j’ai mis en œuvre en 2017, un atelier de chant polyphonique traditionnel en vallée de Luchon. Rendez-vous mensuels libres, gratuits et accessibles à tous grâce au soutien inconditionnel de Jérôme GAYS de la Brasserie du Vénasque à Montauban de Luchon. Parallèlement, je conduis un atelier à Arreau au sein de l’ARCAL ainsi que l’atelier de chant traditionnel du Conservatoire Guy LAFFITTE à St Gaudens. Ceci à pu être possible grâce, à l’appui  d’Era Pastorala et de Eric Fourcadet. Ces initiatives ont fait l’objet de mon mémoire de DEM rédigé en 2016 pour le conservatoire de Tarbes sous la direction de Pascal CAUMONT avec bien d’autres projets en attente de réalisation.

  • De manière générale, on classifie le répertoire en 3 catégories : chant à danser, chant de table et chant de circonstance (mariage, travail, berceuses…). Il se compose, d’une part, d’un ensemble de chants communs aux différents terroirs pyrénéens. Ils permettent les échanges avec nos camarades Béarnais, Bigourdans ou Couseranais. D’autre part, différentes pièces,  issues du Comminges, de la Barousse, du Val d’Aran ou du Couserans, constituent un important corpus local. La pratique vocale est aussi un formidable vecteur de redynamisation de notre occitan au travers d’une majorité de chant en gascon.

 En conclusion :

La cantèra est avant tout un lieu d’échange, de partage où chacun trouve sa place. En effet, le principe de la polyphonie permet aux voix aiguës comme aux voix graves, féminines ou masculines, de s’exprimer. Inutile de “connaître la musique” ou d’avoir une expérience vocale importante car la transmission est orale, chacun apprend “à l’oreille” dans un seul but: le plaisir de chanter ensemble. Par ailleurs, la circulation de carnets de chants ou l’application mobile https://cantera-pique-nestes.herokuapp.com , mise au point par Antoine TOUCOUERE, permettent aux participants de disposer du texte.

  • La cantèra démontre que la pratique vocale traditionnelle, contrairement à toute idée reçue, est accessible à tous. Elle constitue un incroyable vecteur d’intégration dans le territoire et de création de lien social entre les milieux et générations.

————-Espérons que très vite nous retrouvions ces moments d’échanges, de rires, d’émotions, la CULTURE en général, le cinéma, le théâtre, les concerts, la fête..!————

Contact Era Pastorala : 06.17.01.42.26

Contact, Duo “Arredalh” : https://arredalh.com/