La liste de continuité de Colette Suzanne, maire sortante, et menée par Chantal Craipeau n’avait pas accepté la victoire pourtant nette avec 56,93 %, de la liste « Saint Sulpice c’est vous » permettant l’élection de 15 conseillers sur 19. Comme souvent en pareil cas, quand on perd dans l’isoloir, on veut gagner différemment notamment en déposant un fameux recours électoral pour faire annuler l’élection.

A chacun de juger la méthode mais c’est le 19 mars que le tribunal administratif de Toulouse enregistrait un recours en annulation des opérations électorales de Saint-Sulpice-sur-Lèze signée de Mme Craipeau et à laquelle s’est associé semble-t-il son colistier M. Julien Larchez.

Le recours portait sur l’illégitimité de l’ élection de la liste « Saint-Sulpice c’est vous ». Malgré un taux de participation de 57,81 % qui pouvait être qualifié de remarquable par ces temps de pandémie et la comparaison avec les autres communes du territoire ou du niveau national, madame Craipeau et sa liste mettaient en doute le bien fondé du résultat, compte tenu de l’abstention constatée à cause de la Covid-19 et de l’ambiance générale qui en découlait. Le Tribunal a rejeté cette requête étant donné la forte participation locale et l’absence de loi sur le sujet de l’abstention. Madame Craipeau mettait également en cause l’illégalité de forme de trois documents produits durant la campagne par la liste « Saint Sulpice c’est vous ». Accusations que le Tribunal a rejetées point par point, laissant transparaître une méconnaissance  de la loi en la matière de la requérante.

Tous les détails dans le jugement joint : 1094954119_2001709.doc (3)

Les élus de la liste “Saint-Sulpice c’est vous” ont souhaité communiquer :

« Suite à l’audience du 15 septembre le Tribunal a rendu son délibéré. La protestation de Mme Craipeau est rejetée. Mieux encore, malgré les observations de Mme Craipeau et la présence de M. Toffolo à l’audience, aucune des charges avancées n’a été retenue.

Aux attaques personnelles, approximations et mensonges de l’opposition lors de la campagne électorale, s’ajoute donc un recours, au fond lui aussi approximatif, qui témoigne de la rancœur et l’acharnement contre notre liste.

Depuis notre élection à l’occasion de plusieurs rencontres, Mme Craipeau, M. Larchez et Mme Lopez Mandola qui a démissionné depuis, nous ont demandé plus d’ouverture et même ont espéré que nous leur ouvrions des postes d’adjoints car ils auraient, selon eux, à cœur de travailler avec nous.

Nous ne pouvons que constater une fois encore au travers de ce recours l’hypocrisie de l’opposition, que l’entente cordiale attendue, si nous y donnions suite, ne serait qu’unilatérale.

Ce jugement, totalement en notre faveur, met un terme à l’épisode électoral et notre équipe qui a déjà commencé à travailler va maintenant pouvoir poursuivre sereinement ses actions pour le bien de Saint-Sulpice-sur-Lèze et de tous les Saint-Sulpiciens. »