Depuis le début de l’épidémie du Covid 19, la Communauté de communes Cagire Garonne Salat a mis en place, une cellule de crise pour gérer le fonctionnement des services indispensables pour les administrés. Anne Bergamelli, Vice-présidente, en est la « référente Covid19 ». Le service à la personne SAAD (aides à domicile) / SSIAD (soins infirmiers) est un des services dont la poursuite de l’activité est indispensable pour assurer au quotidien le maintien à leur domicile de nos aînés devenus dépendants.

« Nous avons dû faire en sorte que ces services continuent à fonctionner au mieux avec le souci permanent de préserver le mieux possible la santé des personnes aidées, comme celle des intervenants alors que nous n’avons pas reçu encore d’équipements de protection, jusqu’ici réservés aux services hospitaliers et aux médecins et infirmiers de ville. »

Nous disposions d’un petit stock d’équipements de protection qui ont pu être distribués à tous les agents des services à la personne, de façon à ce qu’ils puissent se protéger en cas de suspicion d’infection évocatrice (toux – fièvre) chez l’un ou l’autre de leurs bénéficiaires.

Dans le but de réduire les contacts et donc les risques de contamination des personnes visitées, nous avons pris la décision de sursoir, pendant la durée de cette crise, aux aides au ménage, non indispensables à la survie, tout en maintenant un contact régulier par téléphone avec ces personnes pour s’assurer que tout va bien, et en même temps les réconforter. Nous prenons également  contact avec les mairies pour leur signaler ces personnes âgées qui pourraient être en difficulté.

« Nous savons bien que nos anciens ont besoin de réconfort et d’affection » nous dit Anne Bergamelli, « mais nous demandons aux familles de réduire au minimum leurs visites et de privilégier les appels téléphoniques pour leurs parents âgés. C’est en effet la meilleure façon de réduire le risque de contamination de ces personnes particulièrement vulnérables et fragiles »

Pour permettre aux soignants et aux aides à domicile de remplir leur mission de soin, le service Enfance-Jeunesse assure sur le territoire un service minima de garde (crèches et ALAE) qui leur est réservé.

Anne Bergamelli prévoit d’échanger avec les agents du SAAD et du SSIAD, pour parler avec eux de leur quotidien, de leurs éventuelles inquiétudes. Elle tient à leur exprimer, en son nom et en celui des membres de la cellule de crise, toute sa reconnaissance et son respect pour leur dévouement et leur engagement, qui sont particulièrement précieux en ce moment, en dépit de conditions de travail parfois difficiles, avec des horaires fragmentés, y compris pendant les week-ends.

Un personnel qui, au même titre que l’ensemble des soignants, mérite pleinement les concerts d’applaudissements que leur dédient chaque soir les Français de leurs fenêtres et de leurs balcons.