La protection de toute la population contre les inondations et le redressement du Lugaran sont deux des priorités du candidat à la mairie, Arnaud Dore.

Celui-ci reçoit Petite République, entouré de deux de ses colistiers : Malika Mechitoua et Jean-François Puissegur.

« Si la commune de Gourdan-Polignan n’en n’était pas là où elle en est actuellement, je n’aurais pas été candidat », assène Arnaud Dore.  « Je vis dans cette commune depuis le 27 octobre 1967, même si je suis maire de Cazaux Layrisse, jusqu’au 15 mars. J’ai 49 ans d’expérience derrière moi. »

« Un an après les élections de 2014, une scission s’est produite entre le premier adjoint et le maire », indique Jean-François Puissegur, conseiller municipal sortant. « Depuis, seuls trois élus font confiance au premier magistrat. C’est un concept antidémocratique  qui n’est pas admissible, car rien ne s’est fait depuis pour la commune qui a subi de plein fouet l’antagonisme entre Serge Larqué et Patrick Saulneron.»

Le Lugaran :

Et de reprendre les points mis en avant par le maire sortant : le cheminement le long de la RN 125 ? « Pool routier ». Les écoles ont fait  consensus car elles sont importantes pour le village. A ce titre, il faut attirer une population jeune. Le Lugaran ? «  Le premier déficit (entre 2008 et 2014, la structure était à l’équilibre),  date de 2017, renfloué par la commune à hauteur de 80.000€. En 2018, ce sont 150.000€. En avril 2019, transfert de charges de 360.000€ du Lugaran vers la commune ».

« Il faut retrouver des parts de marché afin de préserver les emplois et rentabiliser le site. Les collectivités n’ont plus fait confiance : de 650 repas/jour, on est passé aujourd’hui à 250. Avec le même personnel. Personnel qu’il n’est pas question de se séparer. »

La protection des habitants contre les inondations :

« Que toute la commune soit prise en compte, pas qu’une partie », martèle le candidat. Pour le financement, la GEMAPI (Gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations), qui est de la compétence des communautés de communes.

Parmi les autres priorités :

 L’emploi. « La municipalité actuelle a fortement augmenté la taxe d’aménagement de la zone publique du Bazert. Moralité, une seule entreprise s’est installée. Il faut aller chercher les entreprises, les emplois.

Le train à hydrogène est sur de bons rails. Pourquoi ne pas penser à construire une unité de production d’hydrogène ? Aménagement des friches industrielles.

Salle des fêtes : « la salle actuelle est une salle de sports. Construction d’une vraie salle des fêtes dans un complexe qui regrouperait également la maison des associations et la médiathèque. »

Travaux au pont de la Garonne : « Durant de longs mois, la circulation sera interdite, les commerces vont souffrir. Nous demanderons au Conseil départemental et à l’armée, la mise en place d’une passerelle provisoire pour les véhicules légers. »

Une mise en place de jardins partagés est envisagée.

Et à la question du financement de certaines opérations prévues au programme : « La commune est coupée actuellement de ses partenaires institutionnels. L’isolement politique est la pire chose qu’il puisse arriver à une commune. Il faut que nous reprenions contact.»

Réunion publique le vendredi 13 mars à 20h30 à la salle des associations.

La liste « Gourdan-Polignan Avenir » :

Arnaud Dore – Gaïa De Rosso – Stéphane Riquelme – Sandrine Saint-Martin Coquelin – Jean-Pierre Cazaux – Alexandra De Rathsamhausen – Malika Mechitoua – Julien De Rathsamhausen – Manon Duplan – Didier Labbaye – Jean-François Puissegur – Sylvie Sies – Jean-François Mas-Nard – Sandrine Lavigne – Michel Toupy – Léa Segura – Anthony Djelida.