« Cette réforme des retraites représente un vrai risque de désertification judiciaire de nos territoires » (communiqué).

La présidente de Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, Carole Delga, a reçu, vendredi 7 février 2020, les 12 bâtonniers du territoire régional : Rémy Lévy, bâtonnier de la Cour d’Appel de Montpellier, Manuel Furet, bâtonnier de la Cour d’Appel de Toulouse, Jean-Marie Chabaud, bâtonnier de la Cour d’Appel de Nîmes, Stéphane Fabbri, bâtonnier de Foix, Arnaud Bousquet, bâtonnier de Castres, Claire Sadoul, bâtonnier d’Alès, Frédéric Bassompierre, bâtonnier de Carpentras, Laure Brunel, bâtonnier de Rodez, Céline Colombo-Bruez, bâtonnier de Carcassonne, Bernadette Llados-Herail, bâtonnier de Béziers, Raymond Escale, bâtonnier de Perpignan et Charles-Etienne Sanconie, bâtonnier de Narbonne.

« Je souhaitais avoir un échange avec les bâtonniers pour mieux cerner les enjeux de la réforme des retraites pour les avocats et pour les habitants. Nous sommes face à une crise grave de l’égalité d’accès au droit pour chacun d’entre nous. Il y a un risque d’injustice patent pour les justiciables, et une injustice réelle pour les professionnels. Je tiens à soutenir pleinement les avocats dans leurs revendications, d’autant qu’ils sont forces de proposition. Je tiens à une réforme des retraites qui soit juste, qui ne laisse personne au bord de la route, ni aujourd’hui, ni en 2029. », a déclaré Carole Delga à l’occasion de cette rencontre.

Les bâtonniers ont pu faire la lumière sur les modalités de la réforme proposée par le gouvernement et leurs implications pour les professionnels, mais aussi et surtout pour les justiciables.

« La mobilisation des avocats n’a jamais connu une telle ampleur en France. Cette réforme est injuste et toxique pour notre profession. Les « petits » vont disparaître. Ce sont ceux qui gagnent le moins, qui paieront le plus, ceux qui bien souvent assument l’aide juridictionnelle… Le parcours des Français pour obtenir une décision de justice va devenir un parcours du combattant. Cette bataille, c’est celle de l’accès au droit. », a souligné Rémy Levy, bâtonnier de la Cour d’appel de Montpellier.

Manuel Furet, bâtonnier de Toulouse, a de son côté rappelé la récente décision du Conseil d’Etat : « Ce n’est plus nous qui disons seuls que cette réforme est injuste, c’est le Conseil d’Etat. Cette instance nationale qui ne peut être soupçonnée de partialité. Il dénonce une réforme qui rompt les principes d’égalité et d’universalité… »

Plusieurs bâtonniers présents ont insisté sur l’engagement que représente la profession d’avocat : « Nous nous donnons aux habitants, nous ne sommes pas des mercantiles : nous servons les intérêts des citoyens. »