Jean Marc Esquirol président du Sivom des plaines et des coteaux du Volvestre vient de présenter ses vœux à l’ensemble du personnel en présence des maires adhérents de ce syndicat à vocation multiple. Étaient également présents Gérard Roujas, président du pays sud toulousain, Denis Turrel président de la communauté de commune du Volvestre et le Lieutenant Arnaud Vanin commandant la communauté de brigades de gendarmerie du Volvestre.

L’occasion de faire un bilan de l’année écoulée qui a été déterminante sur nombre de points :

Les services hébergement et administration ont été réorganisés. Un travail en profondeur sur le patrimoine du Sivom s’est soldé par la vente de terrains à Salles sur Garonne, Lavelanet de Comminges et à Rieux. En raison d’investissements financièrement insupportables qui devaient être obligatoirement réalisés, la maison de Pardailhan à Rieux et la ferme de Paillac à Lavelanet de Comminges ont été mises en vente et une incertitude demeure pour ces deux établissements.

La révision des statuts du Sivom sont en cours pour être en adéquation avec une nouvelle fiscalité. Le fonctionnement de la régie des transports a été modifié et un gros travail de réflexion est mené sur le devenir de la cuisine centrale.

Le camping du plan d’eau de Rieux vient d’obtenir sa troisième étoile. Une récompense méritée au vu de l’ immense travail effectué. Ce nouveau projet vient de se solder par le recrutement d’un professionnel qui gérera l’ensemble des structures du plan d’eau.

Dans ses propos Jean Marc Esquirol soulignera l’importance et la difficulté de la tâche entreprise. « D’autant plus difficile que nous sommes une collectivité funambule. Nous devons rester en équilibre dans tous les sens du terme » Le Sivom n’est pas une communauté de communes avec des recette fiscales, ce n’est pas non plus une entreprise mais il se doit d’en appliquer les méthodes.

« La corde sur laquelle nous nous déplaçons est fragile et de plus en plus secouée en permanence par des ballottage de toute nature et d’origine diverse. Une chose importante : les ancrage de la corde »

Entre les lignes, le président soulignait que la solidarité qui a prévalu pour prendre des décisions parfois difficiles était indispensable et qu’elle n’avait pas fait défaut. Après les élections de mars et l’arrivée de nouveaux élus cette solidarité restera une condition sine qua non pour que le bateau Sivom des plaines et coteaux du Volvestre vogue en toute sérénité en faisant face aux tempêtes toujours susceptibles de venir secouer ce navire solide armé de ses gréements de 45 ans.

Un apéritif dinatoire préparé par la cuisine centrale venait clôturer la soirée.