Il est de tradition de souhaiter ses meilleurs voeux au seuil de la nouvelle année comme si le franchissement de ce seuil symbolique effaçait les difficultés du passé pour n’entr’ouvrir que les allégresses de l’avenir. Pourtant aux 12 coups de minuit, la maladie reste, les problèmes sociaux d’une société française en grande crise n’ont pas disparu et chacun veut croire l’espace d’un instant que le ciel sera plus bleu. On s’embrasse, on se textote, et pour certains on fuit la solitude si terrible dans ces moments symboliques. On veut avoir foi en l’avenir et croire à l’espérance grâce aux phénomènes des souhaits. On se souhaite des choses douces et heureuses. On rêve que quelque chose ou quelqu’un, selon nos croyances, viendra bousculer l’ordre des choses pour que la vie devienne plus belle. Ceci n’est bien sur qu’un leurre qui permet au mieux de faire la fête. La gueule de bois ne vient pas toujours d’un excès d’alcool ! Le philosophe Bergson nous encourage à mieux penser par sa célèbre citation : « l’avenir n’est pas ce qui va arriver mais ce que nous allons faire »

Je voudrais vous proposer, pour respecter la tradition, des vœux qui avaient été prononcés le 1er janvier 1968 sur les ondes d’Europe 1 par un chanteur, hors du commun, qui reste pour moi un maitre à penser Jacques Brel :

” Je vous souhaite des rêves à n’en plus finir et l’envie furieuse d’en réaliser quelques uns. Je vous souhaite d’aimer ce qu’il faut aimer et d’oublier ce qu’il faut oublier. Je vous souhaite des passions, je vous souhaite des silences. Je vous souhaite des chants d’oiseaux au réveil et des rires d’enfants. Je vous souhaite de respecter les différences des autres, parce que le mérite et la valeur de chacun sont souvent à découvrir. Je vous souhaite de résister à l’enlisement, à l’indifférence et aux vertus négatives de notre époque. Je vous souhaite enfin de ne jamais renoncer à la recherche, à l’aventure, à la vie, à l’amour, car la vie est une magnifique aventure et nul de raisonnable ne doit y renoncer sans livrer une rude bataille. Je vous souhaite surtout d’être vous, fier de l’être et heureux, car le bonheur est notre destin véritable.”

Les vœux de Jacques Brel 1er janvier 1968 (Europe 1)

Je n’ai plus qu’à vous dire : Meilleurs vœux pour 2020.

A Toi ……

Yannick Foucaud

directeur de publication