Païs Bagnères de Luchon Santé, très jeune association porte parole d’un mouvement citoyen contre la désertification médicale. A chacune de ses réunions d’informations, un très grand nombre de personnes vient débattre mais aussi espérer des améliorations. Le but à chaque fois étant de bousculer les esprits.

Sa présidente Marie Cécile NAUD, vient d’écrire à nos dirigeants politiques, nous reproduisons ci-après un extrait de sa lettre :

« Mesdames et Messieurs les élus et futurs élus, s’il vous plait et en période de fêtes de fin d’année ce n’est pas une lettre au «Père Noël ». Mais nous vous demandons, instamment, au nom de la population en souffrance et angoissée de mettre en priorité dans vos engagements politiques la SANTE dans votre belle vallée LUCHONNAISE. Pas des promesses, mais DES ENAGAGEMENTS, chiffrés et des ACTIONS. Nous continuons le combat ! Mais nous pouvons bien sûr vous accompagner”.

Madame la Présidente, quelles ont été vos dernières actions ?

“Nous avons travaillé d’arrache-pied, restructuré le bureau, afin d’avoir des spécialistes bien informés. Nous nous sommes entourés des compétences d’un avocat spécialiste. Nous avons atteint le chiffre de 100 adhérents et de nombreux donateurs.
Mon expérience de malade pilote, appelée désormais malade expert, m’a permis de rencontrer des chercheurs, des médecins dans le monde entier. Partenaire MIPSEP en 2000, correspondante DOM TOM pour la ligue pour le Ligue Française de Sclérose en Plaques nous avons œuvré avec l’ARS, dans les DOM antillais, monté des dossiers certes compliqués mais nous avons obtenu gain de cause.
Nous avons contacter des sites Nationaux et Internationaux, en leur faisant part de notre recherche de médecins, nous avons constaté que la communication sur notre vallée est loin d’être attractive alors quelle pourrait l’être.”

Marie Cécile Naud, concrètement, croyez-vous être entendue ?

Par l’ensemble de la population OUI, même s’il reste encore à convaincre.
Nous avons grandi très vite et fédéré en 3 mois. Cela prouve l’angoisse de la population sur ce terrain médical.
Des élus et futurs élus pas du tout sûrs. Loin de s’imaginer qu’une association peut devenir un vaste mouvement citoyen qui rassemble, cherche en groupe, avec d’autres  et notamment des professionnels de Santé, des solutions à notre situation.”

Pouvons nous espérer quelques solutions dans l’année prochaine ?

“A court terme nous essayons de palier à cette désertification médicale le mieux que nous pouvons et avons déjà alerté la région et les institutions.
La volonté ne vient pas que de nous. Les élus actuels font un travail là-dessus mais nous n’avons pas d information précise. Alors nous continuons d’intervenir.
Il y aura sûrement une solution intermédiaire en début d’année 2020.
La solution à long terme, une maison médicale pluridisciplinaire comme celles dont nous parlons sur notre page Facebook, verra sûrement le jour. Mais certainement pas en 2020. Nous préparons un dossier exhaustif pour l’ ARS afin de faire un point exact et chiffré de nos besoins dans la vallée. Nous sommes plusieurs à y travailler.
Je pense que nous avons perdu beaucoup de temps par le passé n’anticipant pas le vieillissement de nos médecins, leur fatigue, les départs et en général la modernisation de notre système de Santé.
Mais c’est mon opinion personnelle. C’est bien pour cela que j ai mis mon savoir-faire au service de notre population. Je me réjouis que certains m’aient rejoint et que nous formions désormais un groupe engagé et déterminé.”

https://www.facebook.com/groups/306023640350935/