Carole Saint Orens et son association Autisme Pyrénées, étaient les invités en cette soirée du 17 octobre, du cinéma Le Régent qui projetait le film « Quelle folie » relatif à l’autisme.

« Nous organisons souvent des soirées de ce type », confie Charles Mascagni responsable des lieux.

Un film libératoire.

Un film dur mais libératoire pour son seul « acteur » : Aurélien Deschamps, la trentaine, autiste. Filmé par Diego Governatori, Palois de naissance et vivant à Paris, ce film est d’une grande intensité.

« Aurélien est un ami de longue date », affirme le réalisateur présent à cette soirée.  Le film a été tourné tant à Paris qu’en Espagne, à Pampelune de 2013 à 2017. « Le film rend intelligible ce qu’Aurélien a au plus profond de lui. Parler, rencontrer des spectateurs lors de projections lui ont fait du bien ».

Très intelligent, Aurélien est conscient de son état qu’il tente de décrire. Filmé avec une caméra d’épaule, le film est très nerveux, comme son acteur, « je ne sais pas comment sortir de la violence ». Et qui de l’autiste ou des autres personnes, est le plus dans la normalité ?

« C’est Thomas Miquel qui m’a contactée », confie la présidente. Avec cette soirée, nous voulons faire découvrir ce qu’est l’autisme. Et parler de notre association.

La manifestation course, randonnée organisée en partenariat avec Akerma à Lannemezan a permis de recueillir 1.000€ qui serviront à l’achat de matériel pour des séances cognitivo-comportementales.

L’Habitat inclusif.

Le grand projet : faire de l’ancienne maison de retraite de Bertren, un projet d’habitat inclusif.

Des maisons de trois appartements de plain-pied. « Avec des adultes autistes seuls ou en couple et en partie autonomes. »

Thierry Gonzalez, maire de Bertren est ravi de ce projet qui va permettre une seconde vie à la maison de retraite, « fermée pour des raisons purement politiques ».

« J’ai rencontré l’association en 2018. En juillet, rencontre avec Jean-Bernard Sempastous, député. Nous avons parlé du projet et lancé une étude de faisabilité avec l’ADAC 65. Une réponse favorable est donnée en septembre de la même année. »

Le financement pour les travaux est quasiment trouvé grâce en partie à des investisseurs privés. Reste à trouver le budget de fonctionnement. Les travaux devraient démarrer en 2020.

Contact : Carole Saint Orens 06 70 33 21 34 / contact@autisme-pyrenees.com / www.autisme-pyrenees.com