Communiqué de presse de Jean Christophe GIMENEZ,

Bien connu des Luchonnais, Jean Christophe, avec son “petit train” fait découvrir Luchon et sa vallée aux touristes de passage. Il est issu d’une famille d’hôteliers. Il n’en est pas à son premier appel à la population !…

Devant la difficulté de nos élus à gérer la chose publique depuis des années, il serait souhaitable que les citoyens s’impliquent plus dans la gestion de la cité, non par visée électorale mais pour l’intérêt commun. Quel délabrement en trois décennies, il suffit de regarder l’état de nos routes, nos parcs et nos structures publiques, la liste des points noirs est longue et la tâche immense. On nous annonce, à grand renfort de communication, que les Thermes vont être concédés au privé. C’est une bonne nouvelle. Toutefois, quand j’évoquais cette possibilité il y a un an, la mairie se demandait qui j’étais pour me permettre une telle suggestion !

Je ne suis qu’un contribuable, un simple citoyen, un commerçant qui s’inquiète tous les jours de la chute de son chiffre d’affaire.

Pour la concession des thermes, l’idée est intéressante pourtant elle semble manquer d’envergure, les investissements prévus paraissent insuffisants, j’espère me tromper. Afin de relancer la destination, on pourrait être plus ambitieux, comme les stations thermales majeures ont su le faire, quitte à augmenter la durée de la concession. Nous ne pouvons faire les difficiles, il faut aller dans le sens des grands groupes qui seuls ont les moyens d’investir lourdement et pour cela il faut écouter leurs désirs pour qu’ils puissent s’y retrouver financièrement. Il n’est pas question de vendre les bijoux de famille mais être réaliste sur l’état des thermes, nous avons peu de marge de manœuvre, la seule chose à exiger est la hauteur des investissements et conserver la propriété de l’eau thermale.

Avec des thermes performants, la destination Luchon peut repartir et le reste suivra.

C’est un défi de taille mais à mettre dans les priorités absolues, le thermalisme est dynamique partout en France et le secteur est porteur pour les années à venir. Seules quelques stations qui ne sont plus à la page déclinent, nous sommes malheureusement dans le lot. Ce qui est le plus frustrant, c’est que le potentiel reste encore là grâce à la qualité de notre eau et la beauté du site. Misons sur la remise en forme avec des bassins extérieurs face au Venasque autour du Vaporarium, nous serons les derniers à le faire dans les stations thermales des Pyrénées mais nous avons l’avantage du Vapo, de l’eau thermale et du retour d’expérience des concepts qui fonctionnent ailleurs.

Il ne s’agit pas de reproduire un Balnéa bis mais un centre de bien-être différent, le Louron sera complémentaire dans notre offre touristique. Pour autant, ne délaissons pas le thermalisme médical, les deux peuvent être conciliables avec deux entités différentes qui existent déjà. Nous manquons de médecins, de kinés, seuls les grands groupes ont la logistique pour les attirer. Les mentalités ont évolué, une majorité de luchonnais est maintenant pour la privatisation, comme l’ensemble des élus et la plupart des candidats. Il n’y a pas que le thermalisme à Luchon, il faudra aussi initier des projets touristiques structurants, novateurs et porteurs de dynamisme. Le tout est maintenant de déterminer qui sera le plus à même de faire avancer notre cité dans les meilleures conditions et de rassembler sans esprit partisan.

Je me bats depuis l’année dernière pour exhorter les prétendants à la mairie à s’unir,

 c’est très compliqué mais il faut garder cet espoir. Les égos et la politique politicienne, voilà ce qui a coulé notre ville, d’autres municipalités pourtant plus importantes ont su réussir cette union citoyenne. Le constat est que les appareils politiques sont indécrottables et refusent de laisser la parole aux électeurs locaux, la conduite à tenir ne peut venir de Toulouse. C’est probablement une utopie, mais nous aspirons en majorité à un large rassemblement d’élus uniquement guidés par l’intérêt général et non quelque ambition personnelle.

« Ce n’est pas compliqué, en politique, il suffit d’avoir une bonne conscience, et pour ça il faut avoir une mauvaise mémoire. » (Coluche)

Luchon a besoin de toutes les bonnes volontés,

 il faut savoir enterrer la hache de guerre pour sauver la belle endormie… Nous verrons qui choisit délibérément le camp des diviseurs, de nos jours les citoyens sont mieux informés grâce aux réseaux sociaux, la communication ne suffit plus. Ils souhaitent un maire rassembleur et présent, c’est un travail prenant qui demande un engagement à plein temps. Chacun a le droit et surtout le devoir d’exprimer son avis, nous sommes lassés par les discours idylliques éloignés de la réalité du terrain. Il ne s’agit pas de créer des querelles de clochers mais bien au contraire de les faire cesser.

« Aimer et faire aimer Luchon » C’est la devise des fils de Luchon que j’ai fait mienne.

Luchon peut renaitre avec les luchonnais de souche et tous les gens qui ont choisi d’y vivre. Notre pays doit s’ouvrir s’il veut reconquérir les cœurs, nous avons besoin de regards extérieurs, d’idées neuves; l’exclusion et le repli sur soi, c’est le déclin. Peu importe depuis combien de temps on n’est là, ni d’où on vient, l’important c’est d’avoir notre ville chevillée au cœur et de la faire rayonner, de fédérer nos voisins proches pour influer sur la communauté de communes, sans qui rien ne se réalise de nos jours. C’est encore possible mais le temps presse, la prochaine élection sera déterminante. Après avoir vécu sur nos lauriers, il est temps de réagir, en continuant comme nous avons toujours fait, nous irons dans le mur.

En conclusion, soyons positifs, ce pays a besoin que l’on croit en lui, c’est le sens d’une vie quand on pense à l’avenir de nos enfants, le ciment d’un destin collectif. Essayons, chacun à notre niveau, de convaincre nos futurs candidats que seule une union apolitique nous permettra de redonner son lustre à la reine des Pyrénées.

Bon courage à tous, il va en falloir… Vive Luchon !