Avant le conseil communautaire, la présidente de la Région Occitanie a présenté le plan de contractualisation pour les territoires ruraux.

Il se décline sur six axes : accès aux services et aux soins, revitalisation des centres bourgs, attractivité économique et touristique,  mobilité et accessibilité et  également la cohésion sociale. Ces contrats permettent l’obtention d’aides jugulées avec l’Europe. Carole Delga souligne que la Région Occitanie a obtenu le plus de fonds européens en France. En effet, c’est elle qui a été la plus active pour monter les projets et les accompagner. Pour elle il n’y a pas de fatalité de territoire. Il faut juste se donner les moyens de réussir et penser un territoire dans sa globalité. Elle évoque ses priorités qui sont l’éducation, l’emploi, la transition énergétique ainsi que la mobilité. D’où son soutien a l’école régionale du numérique et les moyens conséquents attribués à leur développement, pour les écoles qui souhaitent le mettre en place.

« Il faut que les citoyens aient envie de s’installer ou rester sur ce territoire d’où l’aide pour aménager les centres bourg, les rendre plus attractifs. Importance d’offrir les mêmes activités, des crèches suffisantes, des centres de soins, d’où le soutien aux maisons de santé que nous avons accompagnées sur le Comminges. Amener la formation permet aux jeunes de se former sur place en réduisant les coûts et donc en réduisant la fracture sociale. Je veux aussi que la Région soit exemplaire avec la consommation des produits locaux de qualité, bio. Pour cela nous aidons les circuits courts à se développer et les agriculteurs à se développer dans ce sens. Pour 2020 toutes les cantines devront utiliser 40% de produits locaux et bio. Le lycée Bagatelle a candidaté pour participer à ce programme dès la rentrée recevant des aides techniques. Le surcoût sera pris en charge par la Région. »

Un échange avec la salle a clôturé la rencontre.