Face à la baisse des ressources en eau, le Département met en œuvre un “projet de territoire ” sur le bassin Garonne Amont

Mardi 17 octobre, l’Assemblée Départementale, réunie en session, a décidé de mettre en œuvre un “projet de territoire” sur le bassin Garonne Amont afin de mieux maîtriser la ressource en eau.

Le bassin versant de la Garonne connaît, depuis plusieurs décennies, une situation de déséquilibre quantitatif avec des situations de crise récurrentes entre les ressources disponibles et les besoins en eau des différents usages.
Dans les années à venir, les sécheresses observées seront de plus en plus précoces, intenses et longues. En effet, les différentes études sur le changement climatique montrent une diminution des débits naturels de 20 à 40 %, voire 50% en été. Si rien n’est fait, la dégradation des conditions hydrologiques dans les prochaines décennies est susceptible de mettre en péril la qualité des milieux aquatiques et les nombreux usages de l’eau. Cette situation constitue une menace pour le développement du territoire, en particulier sur le bassin amont de la Garonne, dont les débits estivaux dépendent fortement des conditions d’enneigement dans les Pyrénées.

Devant ces enjeux, le Département a décidé de mettre en œuvre un projet de territoire sur le bassin de la Garonne amont, de sa source à sa confluence avec l’Ariège, afin de mieux maîtriser la gestion quantitative et ainsi protéger la biodiversité aquatique et permettre le maintien des nombreux usages associés à l’eau.

Dans un premier temps, une convention d’objectifs va être signée entre les Départements de la Haute-Garonne, de l’Ariège, du Gers, des Hautes-Pyrénées et du Tarn-et-Garonne, la Région Occitanie, l’Etat et l’Agence de l’eau, afin de mener des actions communes pour réduire le déficit quantitatif d’eau sur la Garonne. L’augmentation de la capacité des retenues existantes, comme Montbel, fera partie des axes de travail.

 

” Les mesures de restrictions d’eau qui ont marqué l’été 2017 ont montré la nécessité de mettre en œuvre des actions concrètes pour gérer la ressource en eau et préserver l’environnement. L’urgence de la situation nous impose responsabilité et solidarité. C’est pourquoi, en tant que chef de file de l’aménagement du territoire, le Conseil Départemental a décidé d’engager une réflexion commune sur l’aménagement durable de notre territoire ” a déclaré Georges Méric.