En 10 ans, c’est environ 10 poubelles qui ont disparu du bout de chemin de notre fidèle lecteur. Un joli lieu-dit isolé entre Carbonne et Latrape où le long sentier d’accès permet toutes les fantaisies. Très irrité par ces incivilités de voisinage, il a transformé cette rogne en une page exécutoire à propos des poubelles voyageuses. Peut être ces lignes trouveront-elles des compagnons d’infortune à celui qui nous nommerons Jean Pierre S…

« Cette question me taraude depuis que ma grande poubelle grise a lâchement abandonné le bout de mon chemin, mercredi dernier, dans la matinée ; le camion de ramassage passe de bonne heure mais en fin de matinée, ma poubelle grise avait pris la poudre d’escampette.

Qu’avais-je pu lui faire pour qu’elle m’abandonnât? Je commence à me poser de sérieuses questions : aurais-je un comportement anormal qui l’ait incité à prendre le large? Serais-je un patron voyou qui méprise ses droits syndicaux? Je m’inquiète sérieusement car en une dizaine d’années, c’est pratiquement une dizaine de poubelles qui m’ont abandonné. Si l’on fait une moyenne cela fait presque une poubelle par an. Je comprends qu’il est plus facile à une poubelle de la communauté de communes de s’évader puisqu’elles sont équipées de roulettes mais les poubelles traditionnelles, noires et uniquement munies des oreilles de leurs anses elles aussi ont déguerpi, dans le passé. Ce n’est pas seulement une question de couleur foncée car une poubelle jaune, celle des papiers a succombé également à cette contamination.

Y aurait-il une autre explication? Y aurait-il dans le Volvestre un cimetière des poubelles vers lequel ces fidèles alliées de la maison aspirent à finir leur vie comme le font les éléphants d’Afrique? Je n’ai jamais lu dans quelconque journal la moindre mention d’un terrain de repos ultime dédié aux poubelles ; il doit donc y avoir une autre explication.

Existerait-il en Volvestre une brigade de libération des poubelles champêtres? Nous savons bien que par ci par là en France se trouvent des escouades de libération des nains de jardin ; simplement leur démarche habituelle est de donner quelques jours de vacances aux nains avant de leur faire retrouver leurs jardins d’origine. Si un groupe de libérateurs poubelliers existe chez nous, il ne suivent pas le même protocole. Remarquez, si pris de remords ils me rapportaient mes 10 poubelles, d’un seul coup, j’en serais bien embarrassé.

Si aucune des suppositions qui précèdent n’est vraie, il n’en reste pas moins qu’en deux semaines consécutives, deux de mes poubelles ont disparu (les deux dernières de la dizaine mentionnée). Y aurait-il donc des passants distraits qui, remarquant une poubelle champêtre isolée,, la prennent par inadvertance avec eux? Si cela était le cas, ils devraient se souvenir que ces poubelles sont propriétés le la communauté des communes et qu’ils donnent un travail supplémentaire aux agents de la communauté et qu’ils EMMERDENT fortement les détenteurs temporaires de poubelles.

Si les poubelles champêtres n’ont pas d’âme voyageuse seraient-elles alors plutôt victimes d’incivilités de voisinage? Ce serait bien que cela cesse ».

Si quelqu’un a trouvé le cimetière des poubelles du Volvestre qu’il n’hésite pas à nous contacter ou à nous envoyer des photos! Le mystère demeure…