Au 1er janvier 2017 la loi NOTRe a imposé le regroupement d’intercommunalité. Parfois subi, avec des compétences différentes, et donc avec des problématiques différentes aussi. Quoiqu’il en soit,  il faut composer avec et pour le 1er budget à établir pour la Communauté de Communes Cœurs et Coteaux du Comminges (la 5C) cela ne fut pas simple.

Constat pour le président Loïc Leroux de Bretagne et son équipe.

Suite à la fusion, il apparaît de grosses disparités au niveau des comptes financiers qui fragilisent la 5C. Les comptes administratifs définitifs  n’ont pas été publiés. Ils laissent apparaître des anomalies et de nombreuses discordances. Au vu de ce constat, il a été décidé de demander un audit au groupe Stratorial. Le même qui avait travaillé sur la fusion. Cet organisme extérieur organisera une analyse au 31/12/2016. Il préconisera aussi une feuille de route pour mener des actions afin de retrouver un équilibre financier. Sans pour autant augmenter les impôts.

Déjà de fait, par l’harmonisation des charges, certains territoires voient les leurs augmenter. Le but n’étant pas d’incriminer un territoire ou un autre, mais simplement de prendre en considération toutes les composantes, aplanir les anomalies afin de connaître l’état exact de la situation. A partir de là, on peut poser les choses, et travailler pour réduire les dépenses de fonctionnement, non pas en réduisant le personnel mais en mutualisant les achats, regrouper et harmoniser les contrats d’assurance, de téléphonie…

Le budget 2017 est toujours impacté par des factures de 2016 qui arrivent… Constat d’une épargne négative d’un million d’Euros, le fond de roulement de 2,8M€, donc situation critique et catastrophique si rien n’est fait urgemment.

Un cabinet extérieur permet d’avoir un regard neuf et neutre, pas de culpabilisation.

Il existe un état de fait, il faut faire avec, ne pas se tromper sur le diagnostic et relever ensemble la situation. Le président et la 1ère Vice-présidente, en charge du budget, Magali Gasto- Oustic réaffirment leur volonté d’apaiser les tensions, de ne pas envisager des dépenses et des investissements au-delà des capacités à investir. Volonté affirmée de sensibiliser tout un chacun sur les dépenses nécessaires et affirment leur optimisme sur la situation.

Comme on peut le constater, cette nouvelle équipe veut apparaître lucide sur la situation. “Nous voulons être réalistes sans être alarmistes. Et surtout ne plus continuer ce jeu stérile et   « deconstructeur » en nourrissant les clivages existants. Audit, constat et rassemblement pour travailler ensemble. Pour donner à ce territoire sa potentialité de développement. S’affirmer vis-à-vis de la communauté urbaine toulousaine. Nous resterons bien sûr vigilants sur la situation à venir”.

Dès à présent on peut constater cette volonté chez Loïc Leroux de Bretagne de non jugement. De construire pour le bien commun. Ceci en restant toujours à l’écoute du citoyen en le tenant informé de la situation, d’où une restitution publique des résultats de l’audit au sein d’un prochain conseil communautaire.