Ce lundi 30 janvier, Jean-Yves Duclos a réuni la presse dans la salle du conseil. Il a évoqué trois points durant cet entretien : la mairie, la 5C et les prochaines échéances.

Les comptes sont redressés :

Concernant la mairie, il nous a informé que le résultat définitif de 2016 faisait ressortir une épargne nette positive de 550 000 euros. À comparer aux 2 500 000 d’épargne négative de 2014. La capacité de désendettement de la ville passe à 12 ans, elle était encore de 24 ans en 2015. Il a rappelé à ce propos, qu’il n’y avait plus d’emprunt dits toxiques, qu’ainsi les remboursements étaient sécurisés. Le niveau des investissements a augmenté, il a été de 4 millions d’euros en 2016. Il sera également de l’ordre de 4 millions d’euros en 2017. Cela en stabilisant pour la deuxième année consécutive les taux d’imposition communaux.

Pour autant, il faut rester vigilants, car l’état est toujours susceptible de baisser ses dotations. Le seul dossier épineux qui reste en suspens est celui de la SEM Epicure avec la caution de l’emprunt. Ce dossier est toujours devant les tribunaux. À signaler que la cour régionale des comptes effectue actuellement un audit sur la gestion de la SEM ainsi que sur les finances municipales pour la période 2010-2016. Son rapport sera bien évidemment rendu public.

Saint Gaudens moteur de la nouvelle intercommunalité :

Au niveau de la nouvelle intercommunalité, Jean-Yves Duclos se dit très heureux de l’élection de Loïc Leroux de Bretagne à la présidence. Ainsi que de celle de Magali Gasto-Oustric comme 1ère vice-présidente. Il faut maintenant œuvrer pour le rassemblement. Il rappelle que Saint-Gaudens doit avoir un rôle moteur mais pas hégémonique. Tout le monde doit travailler de concert pour le bien du territoire.

Législatives : “Je ne suis pas candidat” :

Pour les prochaines échéances électorales, Jean-Yves Duclos ne donnera son parrainage à aucun candidat à la présidentielle. Et cela comme il l’a toujours fait. Pour les législatives, bien qu’il ait reçu de nombreuses sollicitations et que tous les indicateurs semblent lui donner la victoire, Jean-Yves Duclos se devait de faire un choix. En effet, la loi de non-cumul des mandats ne lui permet pas d’être député-maire. Comme les saint-gaudinois lui ont fait massivement confiance en 2014 (plus de 62 % des voix), il ne veut pas les décevoir en les quittant au bout de trois ans. Et comme il est passionné par la gestion de la ville, il souhaite en rester le premier magistrat. C’est pourquoi il ne sera pas candidat aux élections législatives de juin prochain.