Depuis quelques mois, on peut assister à de régulières modifications au sein de la bibliothèque de Montesquieu. A l’origine de ces chambardements, Régine Rouch, récemment diplômée de l’ABF, est aujourd’hui la nouvelle bibliothécaire. Elle remplace Annie Montigaud partie à la retraite il y a quelques mois.

Des projets d’amélioration.

Du changement, Régine en rêve : un nouvel agencement, un espace plus convivial et chaleureux, des ordinateurs avec un accès à internet, un espace animations et ateliers et un espace de travail.

Tout ne dépend pas d’elle, mais en attendant, elle a commencé à prendre les choses en main, une façon aussi de s’approprier les lieux. Les premières modifications sont déjà visibles : des rayons vides, des étagères déplacées, un espace plus ouvert côté jeunesse. C’est loin d’être fini, il y a encore du travail. Elle ne se décourage pas mais elle manque de temps.

En effet, le travail de bibliothécaire ne consiste pas uniquement à enregistrer les emprunts et les retours de documents.

« L’arrivée des livres dans une bibliothèque découle de tout un processus. Pour commencer, il faut choisir les livres. J’ai plusieurs possibilités : me référer à un catalogue ou me déplacer en librairie. Une fois les livres reçus, il faut les cataloguer en les entrant dans un logiciel. Cela prend du temps car il y a des normes à saisir et il faut leur donner un code. Puis il faut les coter, sortir des étiquettes, les couvrir, les estampiller et les mettre en rayon. Et surtout, pour en rentrer, il faut en sortir et ce n’est pas toujours simple de trouver un juste milieu entre la demande et les classiques. Il s’agit d’un vrai travail qui demande du temps et de l’énergie »

Une énergie au service des lecteurs.

De l’énergie, Régine n’en manque pas et elle la met au service des lecteurs.

Elle apprécie réellement le contact avec toutes  les personnes. Et à ce poste, elle n’est pas déçue. Elle côtoie  des personnes âgées, parfois des personnes handicapées, des lycéens, collégiens et même de très jeunes enfants. Et c’est pour tous ces lecteurs qu’elle souhaite apporter des améliorations : des livres plus accessibles, la possibilité de communiquer les uns avec les autres. « C’est très enrichissant, le contact, le dialogue. Et je ne veux pas faire de la bibliothèque un lieu austère dans lequel il ne faut pas faire le moindre bruit. Au contraire, j’aimerais que cela devienne un endroit de lecture, bien sûr, mais aussi un lieu d’échanges et de dialogue ».

Et cet échange devrait se développer à la rentrée, notamment avec la mise en place d’un atelier d’écriture, mais aussi d’animations et d’actions culturelles en partenariat avec la médiathèque départementale tout au long de l’année.

En attendant la rentrée, la médiathèque est passée aux horaires d’été. Jusqu’au 13 août, elle est ouverte le mardi de 9h à12h30 et de 16h à 19h, les mercredi, jeudi et samedi de 9h à 12h30. Elle fermera le 16 août. Réouverture le 6 septembre.