La redoutable efficacité de la complémentarité de la gendarmerie du Volvestre et des policiers municipaux de Carbonne.

 

Le centre ville de Carbonne était calme dans cet après midi du 12 janvier. Peu de monde circule dans cette rue principale. Discrètement un véhicule se gare sur la place de la République, trois individus en descendent et se rendent chez un opticien carbonnais non loin de là. Avec une technique bien rodée, ils n’effectuent aucun achat mais détournent l’attention de la commerçante qui se trouve seule dans son magasin. On discute, on la fait chercher dans les rayons…

C’est seulement après leur départ que la victime se rend compte que trois paires de lunettes ont disparu. Ils ont également fait main basse sur son téléphone portable. Mais comment ais-je pu être si naïve a du penser l’opticienne ! L’alerte est immédiatement donnée. Les premiers témoignages recueillis par les policiers municipaux permettent d’apprendre que trois individus ont uriné sur la voie publique dans le centre ville ! Rien avoir semble-t-il ? Et bien si car le signalement de ces trois individus qui sont montés dans une Alfa grise correspond à celui de nos malfaiteurs. Une grande réactivité des policiers municipaux de Carbonne et l’exploitation immédiate des images des caméras de vidéo-protection communale permettent d’identifier le véhicule des suspects.

A la suite du dépôt de plainte à la brigade de Gendarmerie de CARBONNE, une enquête en flagrant délit est ouverte. Les investigations mènent les enquêteurs dans le Saint Gaudinois. Avec le concours de la brigade des recherches de Muret, des surveillances sont effectuées pour mieux cerner la problématique. Les personnes soupçonnées sont très défavorablement connues des services de gendarmerie et de police. Ils font l’objet de procédures en cours et leur casier judiciaire est bien garni notamment dans la manière d’opérer de faits similaires . Parmi les auteurs présumés un père et son fils âgé de 17 ans. Curieuse façon d’éduquer un enfant !

C’est le 20 janvier 2016 que la décision est prise de procéder à leurs interpellations avec le concours des militaires de la compagnie de gendarmerie de Saint Gaudens. Une opération bien préparée pour éviter tous les risques inutiles inhérents à ce genre d’opérations. Les personnes soupçonnées sont immédiatement placées en garde à vue.

Au terme de celle-ci, le procureur de la République de Toulouse décide que les auteurs présumés feront l’objet d’une comparution immédiate devant le tribunal correctionnel le 21 janvier 2016. A l’issue de l’audience, les deux délinquants majeurs écopent de six mois de prison ferme avec mandat de dépôt. Ils sont incarcérés le soir même à la maison d’arrêt de Seysses. Le mineur, quant à lui, est placé en foyer après comparution devant le juge des enfants. Ils ont également été condamnés à l’obligation d’indemniser la victime.

Des caméras de vidéo surveillance déterminantes

Ce n’est pas la première fois qu’une enquête trouve une issue heureuse grâce au concours précieux des caméras de vidéo surveillance. Attentatoire aux libertés individuelles pour certains, indispensable pour garantir la sécurité de nos concitoyens dans un monde devenu difficile pour les autres, force est de constater que le système de caméras obtient de très bons résultats dans la lutte contre la petite et moyenne délinquance sur nos territoires rurbain. Certainement un équilibre à trouver et une confidentialité des images à garantir.

Notons que la complémentarité de la police municipale, présente au plus près des concitoyens et de la gendarmerie nationale, dans ses fonctions régaliennes, sont un véritable gage de réussite pour les enquêtes.