L’association des maires ruraux de France de la Haute Garonne tenait son assemblée générale à Saint Julien sur Garonne.

L’occasion pour son président  monsieur René Savelli, maire d’Auzas de faire un tour d’horizon des problèmes actuels et notamment celui de la Loi sur la réforme territoriale.

Un pessimisme ambiant

Si l’on devait résumer d’un seul mot l’ambiance générale de cette assemblée, il serait sans nul doute inquiétude ou l’un de ses synonymes comme peur, crainte ou effarement. La crainte de voir supprimer nombre de petites communes rayées tout simplement de la carte, la peur de voir disparaître le conseil départemental pour qu’il ne subsiste à la fin que les seules communautés de communes et la Région. Le moindre que l’on puisse dire c’est que la grogne est unanime. Ces inquiétudes viennent de l’analyse du projet de Loi qu’en font les élus des communes rurales : Des fusions des communautés de communes qui devraient ressembler à un périmètre identique à celui des nouveaux cantons ! Alors si les élus des communautés de communes sont élus au suffrage universel comme le prévoit la Loi, pourquoi maintenir des conseillers départementaux qui feront doublon de facto ? Tous ces flous et ce manque de concertation d’un pouvoir central conseillé par des énarques qui ne connaissent rien à la ruralité, agace au plus haut point. On refuse cette vision comptable et jacobine. Non tout ce qui est bon pour Paris n’est pas forcément bon pour la France, contrairement au célèbre dicton. Il semblerait que la vision du Sénat corresponde mieux aux aspirations de l’AMRF que celle émise par l’assemblée nationale.
Un tour d’horizon

Le tour d’horizon effectué sur l’ensemble des problèmes n’a pas été de nature à rassurer les élus présents. La montée en puissance des intercos, le transfert des compétences communales aux intercos, le « mariage » des communes, la mise en place des PLUi, la nouvelle répartition de la dotation global de fonctionnement, la baisse des dotations et des subventions, la mise en place des temps périscolaires sont une liste non exhaustive des difficultés majeures que rencontrent ou rencontreront les élus de la ruralité dans l’exercice de leur mandat. La nécessité d’être vigilant et solidaire dans les temps à venir.
L’association des maires ruraux de France

Créée en 1971, l’association des maires ruraux de France (AMRF) fédère près de 10 000 maires ruraux au sein d’un réseau solidaire, en toute indépendance des pouvoirs et partis politiques. Rassemblés autour d’une identité forte, les membres de l’AMRF portenet la voix des communes ancrées sur les territoires ruraux pour défendre leurs enjeux spécifiques. Fort de son militantisme et de sa représentativité, l’AMRG est aujourd’hui l’interlocutrice incontournable des communes rurales auprès des pouvoirs publics et des grands opérateurs nationaux
Une assemblée perturbée par une manifestation

C’est en plein débat qu’un cortège de manifestants s’est approché de la salle où se réunissait les élus en assemblée générale. Des slogans pour la création d’un lycée entre Muret et Saint Gaudens étaient scandés et des banderoles déployées. Le service de sécurité autorisa la rentrée de trois représentants qui purent exposer devant le parterre d’élus le bien fondé de leurs revendications. (voir article)