Le Service National Universel – Des jeunes volontaires témoignent à Aspet au Bois Perché

Le Service National Universel – Des jeunes volontaires témoignent à Aspet au Bois Perché !

Echanges à l’occasion de la cérémonie de clôture  du séjour de cohésion nationale au Bois Perché à Aspet. Un groupe de demoiselles et de jeunes gents enjoués dans l’ambiance festive de fin de séjour

« On vient d’Isle-de-France. On vient découvrir la vie ensemble, apprendre de nouvelles choses au travers d’activités qui changent de notre quotidien. C’est pour faire de nouvelles rencontres, découvrir de nouveaux métiers que je ne connaissais pas du tout, en même temps ce sera bien pour notre dossier scolaire, C’est pour trouver de nouvelles amitiés, sortir de ma zone de confort, découvrir d’autres milieux »

Quand vous évoquez la zone de confort vous songez à quoi ? « On dort beaucoup moins (sourires) ! C’est aussi s’adapter à la vie en communauté. On côtoie des gens qui ne sont pas issus du même milieu que nous. Nous n’aurions jamais pu imaginer pouvoir lier amitié avec des gens si différents. On découvre l’humanité qu’il y a derrière l’uniforme des policiers, des militaires; ça été aussi la découverte de nouveaux paysages ».

Quel est votre regard sur le pays ? « Franchement c’est cool, c’est la France, c’est super joli, on ouvre la porte, c’est les montagnes avec la neige ».Vous reviendrez dans ce pays ? « Après nous avons une phase 2 de l’engagement, nous devons faire 84 heures, alors pourquoi pas en Comminges ? ». Quelles activités durant votre séjour ? « Nous avons eu des activités sportives, la boxe, le tire à la corde, La police militaire, les gendarmes nous ont présenté leur métier. Ils ont été adorables, ils nous ont donné envie de faire ce métier plus tard ». Comment vous avez été recruté ? « Nous nous sommes volontairement inscrits sur une plateforme, nous sommes en première terminale. Il y a aussi le forum des métiers et il y a les métiers de l’éducation. Je sais que l’on peut passer par Toulouse, alors peut-être ? On ne se connaissait pas du tout avant ». Avez-vous confiance en l’avenir après cette expérience? « Aujourd’hui, je suis plus détendue, moins stressée sur ma vie personnelle qu’auparavant ».

Le Sous Préfet Jean-Phillipe Dargent: « Ce soir, c’était la cérémonie de clôture qui marquait un temps officiel de fin du séjour de treize jours de ces jeunes volontaires du Service National Universel qu’ils ont passé sur le territoire de la Commune d’Aspet. L’idée est que ces jeunes volontaires qui ne viennent pas du Département de la Haute Garonne, intégralement originaires du Département d’Isle-de-France, découvrent un nouvel environnement. Il y a eu, eux mêmes le disant, un brassage auquel ils ne s’attendaient pas, et surtout un encadrement et des activités qui leur ont permis de prendre confiance. En reprenant leurs mots : ils sont sortis de leurs habitudes, de leur zone de confort. Cette interrogation, cette ouverture, cette remise en question des habitudes, constitue un apport essentiel autour des grandes  valeurs de la République, le lever des couleurs le matin, la Marseillaise, beaucoup d’instants de cohésion au travers des activités ludiques, des activités sportives, et puis les apprentissages sur les institutions de la République, sur les premiers secours, c’est cette mixité dans les programmes, mais aussi dans les publics qui fait la plu value, tout l’intérêt du Service National Universel ».

Le Sous Prefet échange avec quelques stagiaires : « Qu’est-ce que vous en retenez, est-ce que ça vous a fait sortir de vos habitudes ? » , « Oui, il faut se lever à six heures ! »,« Maintenant ça y est ? « Non toujours pas ! » (Rires du groupe). « Lundi vous repartez où, au lycée, en apprentissage ? « Je suis en stage ! », « Je suis en BAC Pro ! ». Qu’avez-vous fait durant ces douze jours ? « Nous étions beaucoup sur l’apprentissage, la sécurité, le self-défense, les premiers soins, les premiers secours, On apprend à réagir rapidement par exemple en cas d’accident ».

Au hasard des rencontres : « On a aussi rencontré un militaire qui avait la médaille de la plus haute distinction ». Quel est le parcours pour accéder à cette distinction ? « Déjà avoir un casier judicaire vierge, il faut être droit toute sa vie, c’est compliqué dans le monde où on vit ». Que pensez-vous de ce monde ? « Il y a trop de consentement sur les incivilités, les actes impunis, c’est dommage ». Et vous, qu’est-ce qui vous a amené ? « C’est ma mère qui m’a envoyé ! ». Est-ce qu’elle a eu une bonne idée ? « Oui, ça été dur au début mais au final c’est cool, mais je voulais profiter de mes vacances. Je n’étais pas habitué à quitter la région parisienne ». Qu’est-ce que vous retenez de cet apprentissage ? « …la discipline et la cohésion, le travail en groupe ». « Nous avons passé une journée, les olympiades, Nous étions plusieurs équipes, par exemple le jeu à la corde, on devait synchroniser nos efforts pour gagner ».

.

 

 

Mots-clés :

Articles en relation :

Une réponse

  1. C’est très intéressant ce SNU, il faudrait l’étendre sur tout le territoire et surtout le maintenir car nos jeunes, en plus d’être désorienté et assisté, se retrouveront en dehors de leur confort quotidien, où le respect et le civisme ne sont toujours pas au RDV. Apprendre les bases de la vie sans passé par internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Ne manquez plus un article :