Volvestre : Les socialistes en introspection. Quel avenir pour la gauche ?

La section socialiste du Carbonnais avait ressenti cette nécessité de se rassembler après ces élections présidentielles et législatives tant le besoin d’être ensemble et de partager était fort et devenu indispensable. Des militants parfois déboussolés qui avaient besoin de fraterniser, d’échanger et qu’on les écoute dans ce qu’ils avaient à dire. Après avoir rendu un hommage appuyé à Marie Caroline Tempesta qui avait dû retirer sa candidature pour faire gagner la gauche et remercié tous les militants qui avaient participé à l’organisation, Remi Ramond avait souhaité que cet échange eut lieu « C’est pour vous donner la parole » dira-t-il. Georges Méric président du conseil départemental était présent. Des camarades de la 7° et 8° circonscription avaient également fait le déplacement. André Mandement maire de Muret avait voulu être là mais également Loic Gojard maire de Martres Tolosane ou Pierre Lagarrigue, maire du Fousseret. Carole Delga prise par des occupations dans le Tarn prévues de longue date s’était excusée.

C’est une centaine de militants qui ont dit oui à Rémi Ramond, secrétaire de la section, pour participer à ce buffet. On sentait de la nostalgie, chez tous les participants, de ce temps où le parti socialiste rayonnait de mille feux et pesait dans la vie politique française. La nécessité de faire une introspection afin de répondre à la question : « Mais comment en est-on arrivé là ? » et s’interroger sur les fondations d’un avenir pour la gauche.

« Rassembler ce qui est épars » sera le leitmotiv du nouveau premier secrétaire fédéral de la Haute Garonne, François Briancon dont la tâche va être immense. Répondre aux

Le président Georges Méric
Le président Georges Méric

incompréhensions et aux interrogations et fédérer.

Des différences: Se parler pour mieux se comprendre

Deux tendances, comme on peut imaginer se sont confrontées. Les pro Nupes et ceux qui émettent des doutes sur ce type d’union de la gauche. D’une manière générale les sympathisants ont fait par de leurs ressentis, certains avec beaucoup de convictions, sur cette alliance dans le cadre de la Nupes et ont fortement regretté, comme il est de tradition au parti socialiste, de ne pas avoir été consultés. « Tout part des militants et de la base » a dit l’un d’eux. À l’inverse les élus comme Georges Méric, André Mandement et d’autres ont justifié cette alliance comme indispensable dans le cadre d’élections législatives mettant en avant les valeurs partagées avec Nupes et la nécessité d’union; Denis Turrel rajoutant: « Pas de bouc émissaire » parlant plutôt de responsabilités collectives. Maryse Vezat maire de Rieux gardait le silence et Bernard Bros ancien maire de Carbonne fustigeait l’alliance de la carpe et du lapin avec une analyse qui va dans le sens de la présidente de région Carole Delga.

Un avenir pour la gauche

Le diagnostic était toutefois partagé par une majorité : Le parti socialiste « s’est embourgeoisé » et a perdu au fil du temps le contact avec les français et notamment avec les classes populaires. « Le PS ne peut être un parti que de bobo, on s’est fourvoyé ». Pourtant autant le département que la Région réussissent dans leur politique des territoires.

Chacun souhaite reconstruire une gauche unie, sociale, démocratique et laïque mais reste à savoir comment ? Le congrès prévu en fin d’année 2022 risque d’être animé Carole Delga n’ayant pas fait secret qu’elle pèserait de tout son poids pour l’avenir du parti socialiste montrant peu d’intérêt pour certaines valeurs et idées de la France Insoumise.

Après les débats, c’est dans un grand esprit de cohésion et de camaraderie, qu’au-delà des différences, s’est déroulé le buffet républicain dans une ambiance détendue.

Mots-clés :

Articles en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

S'abonner à la newsletter

Derniers articles

Ne manquez plus un article :