Boulogne-sur-Gesse : Des engins agricoles plus performants pour un foin de meilleure qualité

Le soleil caniculaire du mercredi 15 juin écrasait la région, mais n’a pas empêché la démonstration de fauche des foins avec des engins agricoles performants, prévue ce jour-là. Les nouvelles techniques d’andainage et la qualité fourragère étaient au cœur de la manifestation.

Cette demi-journée technique était coorganisée par la Fédération Départementale CUMA Haute-Garone-Ariège, la FD CUMA Hautes-Pyrénées, le Conseil Départemental 31 et la Chambre d’Agriculture 31. L’entreprise BASE Innovation était aussi partie prenante et a prodigué de précieux conseils sur la qualité fourragère (taux de matière sèche, période d’intervention).

Plus d’une cinquantaine de participants ont répondu présent et ont contribué au succès de cette manifestation d’envergure. La parcelle de 10 hectares mise à disposition par la famille Ferrère, éleveurs en bio de vaches laitières à Boulogne, a permis aux machines de réaliser de bonnes prestations. Ce sont 4 andaineurs différents qui ont pu être comparés : un andaineur soleil de la marque Enorossi, un andaineur à peignes de chez Elho-Jeulin, un andaineur à tapis Reiter et enfin un autre andaineur à tapis SIP. Le respect préalable des conseils de fauche (hauteur de coupe minimum à 8cm) a grandement facilité l’andainage : pas de terre ni de cailloux ne sont remontés dans l’andain. En suivant, un combi-presse enrubanneur Krone a montré l’étendue de ses qualités, à savoir débit de chantier et régularité de pressage. De même, une presse à chambre fixe Claas a également démontré sa polyvalence et son utilité pour les polyculteurs-éleveurs Commingeois.

« Un foin de qualité peut permettre d’économiser plus de 2 000 € d’aliments à l’année, souligne Julien Martin, animateur à la FD CUMA 31/09. En cette période économique instable, ce montant n’est pas négligeable. C’est ce qu’ont rappelé les référents techniques de la Chambre d’Agriculture. Les matériels présentés aujourd’hui permettent d’atteindre ce niveau d’exigence agronomique et sont un des éléments à ne pas négliger dans la chaîne de fenaison. »

En termes de stratégies d’agroéquipement, les animateurs CUMA ont rappelé que ces matériels peuvent être mutualisés par petits groupes. Grâce aux subventions réservées aux CUMA, un andaineur de ce type peut s’amortir plus facilement. Ainsi, il est possible de maintenir un coût d’andaineur inférieur à 20€/hectare malgré le prix d’achat initial supérieur à 30 000 €.

Cette demi-journée instructive a démontré le dynamisme et l’esprit novateur du monde agricole qui met en place des technologies de pointe au service d’une vision à la fois écologique et productive de la profession.

 

 

Mots-clés :

Articles en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *