XIII, Le Racing après trois claques

D’accord, l’effectif de leur équipe a été renouvelé aux deux tiers. Le Treize commingeois bénéficie d’un nouvel entraîneur, de deux nouveaux managers, le club d’un nouveau président. On reprend les bases au début, on pose les fondations et on affiche ses ambitions. Les Ours n’ont jamais été des enfants de chœur. Cette année, leur groupe est rajeuni et affichait sans aucune dissimulation des illusions, une motivation à toute épreuve, une envie de gagner, de se distinguer, de réussir. Confrontés au championnat d’élite 1, le constat de début de saison est tranchant. Trois claques.

Trente essais encaissés en trois matchs. Et pas le moindre petit point marqué. Lézignan puis Limoux, supérieures, se sont d’abord montrés sans partage. On justifiait que ces deux équipes étaient sans doute les plus difficiles du championnat. On promettait que Toulouse allait être un adversaire à portée. C’est vrai, dimanche, la première mi-temps des Saint-Gaudinois au stade Arnauné a été exemplaire, combattive, ingénieuse. Les Ours ont juste manqué de réalisme pour concrétiser une évidente domination. Et les Toulousains sont restés plus concrets. Les Broncos ont marqué à la dernière seconde de jeu avant la pause, renversé la vapeur, repris l’ascendant psychologique. En seconde période, le match était à sens unique. Les Ours avaient déjà perdu toute ressource mentale. A l’évidence, pour l’instant, leur niveau de jeu n’est pas celui requis pour rivaliser en compétition en élite 1.

« On ne peut qu’avoir des regrets, souligne avec justesse le capitaine Valentin Dumas. On doit largement dominer au score en première mi-temps. Par manque de réalisme, on ne concrétise pas. Nos secondes mi-temps se ressemblent et se répètent. On lâche mentalement. Il va falloir se remettre au travail, se remettre en question, collectivement et individuellement pour que la suite de la suite de la saison soit acceptable. »

L’effectif saint-gaudinois était déjà juste. Les absences de joueurs titulaires blessés ou indisponibles ont cruellement fait défaut à Toulouse. Au terme de leur période d’essai, 24 heures après la désillusion toulousaine, les deux Australiens Dylan Morris et Josh Dowel, engagés initialement pour la saison et pour rehausser le niveau de jeu saint-gaudinois, ont préféré renoncer et ne pas honorer le contrat qui leur a été proposé. Les deux garçons sont déjà repartis. Avec leur départ, le casse-tête de leur remplacement est posé sur le bureau des dirigeants.

Le prochain rendez-vous des Ours est fixé le 28 novembre. La quatrième journée du championnat les opposera à Carcassonne. D’ici trois semaines, c’est tout un club qui cherchera encore à trouver les bonnes solutions.

Brice Rohaut.

 

Mots-clés :

Articles en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

S'abonner à la newsletter

Derniers articles

Ne manquez plus un article :