Joël Aviragnet était présent samedi 23 octobre entre Gourdan Polignan et Luchon pour les Hydrogéniales, aux cotés de la présidente de Région et des présidents de communautés de communes. Ce mardi 26 octobre, il a adressé un courrier au ministre de l’intérieur Gérald Darmanin.

Lors des Hydrogéniales, dans son discours, il s’était félicité de l’arrivée prochaine du train à hydrogène en gare de Luchon après un «long combat (…) pour mettre en valeur cette vallée avec une énergie propre».

Il avait aussi évoqué les autres sujets du moment : l’hôpital de Saint Gaudens et le besoin de personnel médical en Comminges, le tribunal de Saint Gaudens et le besoin d’un juge pour mineurs, et aussi le col du Portillon actuellement fermé. Il a demandé publiquement sa réouverture afin de renouer avec la liberté de circulation entre le Val d’Aran et le Luchonnais, pour les acteurs économiques du Luchonnais comme pour les  habitants des deux cotés de la frontière qui le demandent.

Il avait ainsi invité la population à signer la pétition : comme pour le retour du train sur la ligne ferroviaire Montréjeau-Luchon «il faut que l’on soit tous ensemble».

Dans la foulée, il vient d’adresser une lettre au ministre de l’Intérieur : «depuis le 6 janvier 2021, le col du Portillon est fermé à la circulation par arrêté préfectoral dans le cadre du contrôle aux frontières et à la lutte contre le terrorisme, cela s’expliquait dans le contexte de fermetures des frontières en raison de la pandémie de Covid-19. Néanmoins, avec le recul de l’épidémie, la fermeture du col du Portillon ne semble plus justifiée. D’autant que la plupart des cols pyrénéens ont rouvert, comme récemment celui de Lizarrieta à Sare dans le département des Pyrénées Atlantiques.

Aujourd’hui, l’économie de la vallée du Luchonnais est en difficulté du fait de cette fermeture du col du Portillon. L’absence de circulation en provenance de l’Espagne pèse fortement sur la santé financière de nos entreprises, particulièrement tributaires du tourisme espagnol».

En conséquence, il demande au ministre de l’Intérieur la réouverture du col entre Bagnères de Luchon et Bossost.

Lors des Hydrogéniales, il avait lancé à l’issue de son discours : «je vais m’en occuper !». C’est lancé, et c’est en cours.