C’est avec sidération et désarroi que Véronique Berribi, maire du village de Lodes, a appris samedi matin 9 octobre, que la mairie venait d’être taguée ! Une inscription peinte en vert fluo, aux larges lettres majuscules, balafrait la façade du bâtiment public : « Cette inscription, maladroitement tracée, comportait une faute sur chacun des deux mots principaux, relate Madame Berrebi. Elle disait « démission le maire », écrit « démision le maiare ». C’est un conseiller, en passant devant la mairie le matin, qui a découvert le tag et m’en a informée.

Pour moi c’est un acte isolé, émanant d’une personne peu intelligente, pour utiliser un euphémisme. Cela m’a blessée et choquée. Dégrader une mairie, maison commune et symbole républicain, est un acte grave. »

Véronique Berribi occupe le fauteuil de maire depuis les dernières élections, elle a rempli lors de deux mandats précédents les fonctions de conseillère municipale et maire adjointe. Le lendemain dimanche elle participait au Salon des maires et des collectivités à Labège : « Je dois dire que tous mes collègues sans exception ont fait preuve à mon égard d’un soutien total, face à cet acte inqualifiable. Aussitôt les appels ont fusé, Madame la Sous-Préfète Marie-Paule Demiguel, et le Procureur de la République ont été contactés. Carole Delga la présidente de Région, le député Joël Aviragnet, Céline Laurenties maire de Péguilhan et conseillère départementale et l’ensemble des élus, tous, unanimement indignés, étaient à mes côtés. Cette empathie et cet appui sans faille et spontanés m’ont vraiment réconfortée. »

A l’époque actuelle, les incivilités inacceptables se multiplient à l’encontre des maires, et ce fut un sujet récurrent dans les discours des personnalités présentes au Salon des maires. Le message a été martelé : il faut protéger les élus de la République. Leur personne et leur fonction doivent être respectées.

« Je tiens à remercier chaleureusement tous ceux qui m’ont apporté leur soutien dans cette épreuve, et particulièrement la présidente de la Communauté de communes Cœur et coteaux de Comminges, Magali Gasto Oustric, pour sa réactivité lorsque je l’ai prévenue. Elle a diligenté aussitôt une équipe technique pour nettoyer et effacer le graffiti dans les plus brefs délais. Ce qui a été parfaitement accompli. »

Lundi 11 octobre à la première heure, Madame Berrebi a déposé plainte auprès de la Gendarmerie de Saint-Gaudens. Une enquête est en cours.

mairiedelodes@wanadoo.fr

https://salondesmaires-toulouse.fr