Triathlon, Cédric Labadens perce et gagne

S’il est un sportif Commingeois qui perce et gagne dans sa discipline, c’est bien Cédric Labadens qui a prêté cette année son nom aux palmarès des plus grandes compétitions de triathlon. Interrogé le carrossier saint-gaudinois, qui allie conjointement pratique du sport de haut niveau sport et profession à responsabilités, est revenu sur ses deux derniers exploits.

« Saint-Jean de Luz, (victoire remportée il y a trois semaines) était une course que je voulais faire depuis longtemps mais à laquelle je n’avais pas encore eu l’opportunité de me rendre. Reconnu une semaine auparavant sous un soleil radieux, j’ai trouvé le parcours intéressant, assez varié,  exigeant. La course s’est déroulée sous des trombes d’eau, notamment la partie vélo. Je réalise une très bonne première partie natation. Pour moi, sans aucun doute la meilleure de l’année. Je fais ensuite une bonne gestion de la partie vélo. Malgré quelques lacunes cette année, j’avais cette fois vraiment de bonnes jambes. Quand je pose le vélo, je suis 3ème à 4’15 » du leader. Je sais qu’à pied, il n’y aura en lice personne de plus rapide que moi. Je comprends alors que c’est largement faisable. Je récupère la tête au 9ème kilomètre, sur 20.5 à parcourir. Puis je déroule pour terminer avec 4′ d’avance. Je suis heureux de m’imposer sur cette épreuve même si, ce jour-là, l’adversité n’était pas celle à laquelle je suis habituellement confronté. Une victoire reste une victoire surtout au Pays Basque où famille, amis étaient là pour me soutenir.

La semaine suivante, aux TriGames de Mandelieu, changement de décor. Après une réunion de travail de deux jours du côté de Vabonne, je n’ai que le temps d’une reconnaissance partielle du circuit reconnu. Je le devine très exigeant à vélo et très sinueux à pied. On est finalement peu de concurrents au départ mais il y a là de gros clients… Théo Debard, Romain Guillaume, Kévin Maurel, Thomas Navarro, Adriano Engelhardt, Rémi Conte, Lorenzo Delco.. Je sors 13ème de la natation… Je n’étais pas dans le rythme. Contrairement à la semaine précédente j’ai souffert. En vélo je me retrouve vite seul. Je double quatre concurrents et je me fais reprendre par deux autres. Bref je rentre au parc 11ème après avoir vraiment lissé mon effort et évité de justesse une voiture qui m’a coupé la route… A pieds, je sais que si je déroule, je peux revenir dans le  top 5. Finalement, je finis 6ème. Avec le meilleur temps en course à pied, je finis 6ème. Ce n’est pas si mal. Cela suffit à mon bonheur.

La saison de tri s’achève sur une bonne note et met en reflets les axes de travail à faire cet hiver : vélo et natation. C’est à ce prix que je pourrai me battre en 2022, devant, avec les gros bras… »

 

Mots-clés :

Articles en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *