Aspet était très animé en ce vendredi de fin de journée entre le vernissage à l’office de tourisme et tout de suite après un spectacle des Pronomades. Avec ces derniers le rendez-vous était fixé à 18 h place de l’église et nombreux furent les spectateurs venus là comme pour bien terminer la semaine.

Ils ne furent pas déçus. La représentation de théâtre de rue menée avec brio par Morgane Audoin, de la compagnie Raoui, seule sur la « scène » a développé une énergie extraordinaire, se donnant sans compter, tenant en haleine un public captivé. Ce fut aussi une cruelle page d’histoire qui fut contée, celle des Harkis  au moment de la déclaration de l’indépendance de l’Algérie en 1962. Morgane retrace l’histoire à travers la mémoire de sa grand-mère  et de la fabrication des msemens par sa nenna (grand-mère en algérien).

Nenna, est la première création de Morgane, inspiré de son héritage, familial et culturel pour une population celle des Harkis, qui n’avaient plus leur place nulle part, « français en Algérie, algérien en France ».

Le public assis sur des sacs de semoule fut plusieurs fois invité à se déplacer suivant la dynamique artiste dans les rues de la cité.

La compagnie Raoui est née en 2019, sous l’impulsion de Morgane Audoin.

De 2007 à 2009, elle suit la formation d’art dramatique des Classes de la Comédie de Reims. Puis, à l’Université de Poitiers, elle plonge dans des recherches qui mêlent migrations, mémoire et théâtre.

La pluie s’est soudain mise à tomber lorsque le spectacle fut terminé.