Blajan : Artstock et le Lycée agricole de Saint-Gaudens, partenaires d’un projet artistique

Le bus scolaire vient de se garer et un groupe d’élèves du lycée professionnel agricole de Saint Gaudens, accompagnés de leurs professeurs, s’égaillent dans les immenses hangars de l’association Artstock, sur l’aire de l’ancienne tuilerie.  Là sont entreposés des décors de spectacles, venus de structures événementielles nationales, voués au recyclage et à la matériauthèque. Les lycéens, deux enseignants et la scénographe Lola Kirchner, préparent un projet artistique en partenariat avec Artstock, sur la thématique de la rencontre. Willy Lacan professeur d’éducation socio-culturelle, et sa collègue Camille Gauthier, pilotent les classes de terminales en SAPAT (services aux personnes et au territoire), CGEA (conduite et gestion de l’entreprise agricole) et Vente. « Chaque année, précise Mr Lacan, il est demandé aux élèves une approche artistique sur un domaine, et cette fois nous avons choisi de leur faire découvrir cette association. Ils imagineront, concevront et réaliseront des modules, des créations, des détournements d’objets, sur le thème de la rencontre. »

Trois étapes sont prévues :

  • la découverte du lieu -comme aujourd’hui avec la visite des entrepôts-, son histoire, ses missions, l’économie circulaire, le recyclage et le réemploi, sa place dans le territoire,
  • un temps de réflexion et de conception des modules, avec la scénographe Lola Kirchner,
  • une phase de réalisation, en partenariat avec un artisan local, qui partagera son savoir-faire.

« Le projet pluridisciplinaire est intéressant sur plusieurs plans, reprend Willy Lacan : la Recyclerie (les générations nouvelles sont sensibilisées à l’environnement, aux problèmes de déchets et de pollution) ; les connections avec le monde de l’art et de la culture ; l’aspect manuel et pratique avec la réalisation concrète de ces modules. »

Cette journée est la première étape de découverte de l’association créée et présidée par Yann Dommenge. Sara, chargée de la communication et du développement, leur a présenté le site, son histoire, ses missions, sa place dans le Comminges et le territoire national, son impact sur l’économie circulaire, la filière de recyclage et le réemploi. Les jeunes, guidés par l’équipe technique d’Artstock, se sont plongés avec un plaisir non dissimulé, dans l’antre fantasmagorique regorgeant de décors, personnages, animaux, costumes, colonnes, matériaux de tous ordres. Ils se sont fait une idée des objets  à partir desquels, avec une contrainte de budget, de transport, de temps, ils construiront leurs modules.

La scénographe Lola Kirchner, 37 ans, apporte sa vision professionnelle : « Je conçois de décors et des costumes pour des spectacles, opéras, cirques, théâtres. Je travaille avec de toutes petites compagnies comme avec de grandes maisons, en Hollande, en France, etc. Le lycée m’a contactée pour présenter mon activité aux élèves et les accompagner dans ce projet créatif. Ils ont découvert que la scénographie est inhérente à beaucoup de métiers, et même à la vie quotidienne. Par exemple, un magasin, pour ceux qui sont en filière vente, ça se met en scène. De même une habitation, un Ehpad, une salle d’attente, sont agencés selon les besoins des personnes. »

La rencontre, thème du projet, est un concept qui prend une dimension différente depuis la pandémie : « Avec les espaces de partage fermés, les confinements, la distanciation, comment se retrouver, s’aborder, s’approcher quand on est ado ? » La rencontre est un concept abstrait : « On y a réfléchi : qu’est ce que la rencontre, qu’est ce qui la provoque ? elle peut survenir entre deux personnes, une personne et un objet, un livre, un espace, un écrivain, etc. Pour la concrétiser, on peut penser à une mini bibliothèque, un canapé en balançoire, etc. Les élèves ont imaginé mille possibilités. Ensuite il faudra mettre en évidence le support choisi et susciter des questionnements : qu’est ce que cet objet fait là, que veut-il dire, … ? » Ce projet parle à Lola : « Je suis très enthousiaste ! Dans mon métier les déchets sont nombreux, le recyclage est important pour moi et j’essaie de réutiliser des décors le plus possible. Par ailleurs l’artistique n’est pas un domaine réservé, tout le monde peut créer et dans la vie, on crée tout le temps, il est bon de le faire comprendre. »

Chaque élève est reparti avec une matière et deux objets, pour continuer le travail en classe. A la fin de l’année une inauguration aura lieu au lycée pour couronner le travail accompli.

Mots-clés :

Articles en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

S'abonner à la newsletter

Derniers articles

Ne manquez plus un article :