Cela faisait plus d’un an qu’il était terminé mais épidémie de Covid-19 oblige, il n’avait pas pu être inauguré. Finalement, les élus de la mairie d’Auterive ont enfin pu couper le ruban tricolore positionné devant le stade Marcel Soulan remis à neuf. C’est en 2017 que le projet de réhabilitation du stade Marcel Soulan avait été lancé. Mais en raison de la pandémie, les travaux n’ont été finalisés qu’en 2020. Ils ont permis la modernisation de la structure, avec l’installation de nouveaux équipements. Ainsi, les gradins vétustes ont été détruits pour laisser place à des nouveaux vestiaires. Ces derniers font 180 m² et répondent aux normes pour la pratique du football mais aussi du rugby. « Deux vestiaires ont été créé pour les arbitres en respectant les normes handicapées », précise la mairie d’Auterive. En plus des vestiaires, la mairie a créé un dojo de 94 m² à destination des clubs de la ville et des écoles. Avec la réfection des barrières du stade et la création d’un nouveau parking, le coût total de ces travaux atteint 493 385 € TTC.

Puis, dans la foulée, les nouvelles installations de la mairie d’Auterive ont également été inaugurées par le maire René Azema, qui était accompagné pour l’occasion de Cécile Lenglet, sous-préfet de Muret, de Caroline Tempesta, conseillère régionale et de nombreux élus locaux. Cette cérémonie a permis de découvrir qu’elle a été mise aux normes pour personnes à mobilité réduite. Le chantier a aussi porté sur la transition énergétique puisque la chaudière a été remplacé afin d’aboutir à une réduction substantielle de dépenses d’énergie. Des éléments d‘isolation thermique ont également été utilisés.

Deux ans et demi de travaux ont été nécessaires pour un coût total de 803 000€ HT. « 248 000 € ont été subventionnés par le Fond de soutien à l’investissement local (FSIL) et 3 300 € par les Certificats d’économie d’énergie (CEE) », précise la municipalité.

Une exposition de photographies est aussi à découvrir dans les locaux. « C’est un projet porté par le service communication et le service culturel de la ville : la volonté de l’élu à la culture Joël Massacrier était de créer du lien entre les agents. Il leur a été proposé de réaliser des prises de vues de la ville pour ensuite coordonner leur affichage dans les locaux », détaille la mairie.