Il y avait foule pour assister au nouveau jumelage entre la ville de Carbonne et la ville de Saint Coin. Une ambiance de fête où il était interdit de montrer son pass sanitaire et où le masque était juste toléré. Et pour rien vous cacher on est allé de surprises en surprises.

Depuis plusieurs semaines on ne parlait que de cela dans les rues de Carbonne. Une délégation de Saint Coin était venue avec fanfare pour faire connaissance avec les carbonnais et les carbonnaises. Pour l’occasion une chorale s’était constituée pour pouvoir, le jour J, chanter l’hymne de la ville créé pour l’occasion : La carbonnaise ». De nombreuses répétitions ne vinrent pas à bout de la détermination de ces citoyens engagés et fous chantant comme disait Charles Trenet.

Le jour J à l’heure H à savoir c’est devant la mairie que les citoyens de la ville avaient été conviés. Les agents municipaux, dont certains un peu particuliers, avaient posé les décorums rituéliques en pareille circonstance. Les étendards et les drapeaux flottaient au vent. Des micros et une sono faisaient espérer le meilleur. Denis Turrel, maire de la ville, dans ses beaux habits du dimanche, presque au garde à vous sur les marches de la mairie, tout sourire, avait revêtu son écharpe tricolore. La délégation de Saint Coin était au complet. Des élus demandaient où se situaient les

Délégation de Saint Coin avec monsieur le Maire de Carbonne et la présidente du jumelage

Délégation de Saint Coin avec monsieur le Maire de Carbonne et la présidente du jumelage

places officielles. Sur le parvis un orchestre symphonique de poche attendait son heure de gloire.

A 19 h 04, soit avec 4 minutes de retard on entendit au loin descendre la rue principale une musique de fanfare. Quand ils apparurent on a pu remarquer qu’ils portaient une étrange coiffe faite de poils synthétiques qui ornent généralement les tableaux de bord des jeunes africains. Suivait derrière la chorale des carbonnais toute de blanc vêtue. C’était class !

Un public venu en nombre

Un public venu en nombre

Que le spectacle commence. Au fur et à mesure que la cérémonie officielle avançait, chacun, pour ceux qui n’étaient pas au courant, se rendait compte que cette célébration était laïque à savoir qu’elle avait quelque chose de pas très catholique. Dans une communion que l’on n’avait pas connue depuis très longtemps, covid oblige, les masques tombèrent si j’ose m’exprimer ainsi puisque personne ne les portait. Des sourires, des expressions de joie et de bonheur envahirent les quelques 200 personnes présentes. Orchestrée de main de maître par la « Compagnie du Coin* », une pièce de théâtre s’est déroulée sous nos yeux ébahis où chacun jouait son rôle à la perfection. Le discours de Denis Turrel, tout en dérision et humour, était une merveille. Les réactions du public guidées et orchestrées par un maître de cérémonies, fantasque mais combien efficace et professionnel, était une pure merveille. La chorale de Carbonne entonna avec solennité l’hymne territorial « La carbonnaise » à laquelle répondit la fanfare de Saint Coin par une aubade désopilante. La cérémonie se termina par le dévoilement de la plaque Saint Coin, puis derrière un camion fanfare le public était invité vers la salle polyvalente pour partager le verre de l’amitié afin de porter un toast à la bonne humeur et à la joie de vivre.

Ce spectacle qui a été très apprécié est un mélange d’humour, de respect, d’honnêteté, de poésie et de dérision. On peut remercier Pronomade(s) pour cette programmation de grande qualité, également Sophie Renard maire adjointe, chargée de la culture ainsi que Denis Turrel et cette capacité qu’il a montrée dans une autodérision qui faisait plaisir à voir.

* La Compagnie du Coin est un collectif de musiciens, qui ont un goût pour le mélange des genres et des disciplines, une recherche qui les mène à s’envisager musiciens-acteurs ou instrumentistes-danseurs, passionnés d’improvisation.
Depuis 1998, à travers ces différentes formes artistes, la Compagnie du Coin s’attache à :
la relecture des genres musicaux, des espaces de représentations, le détournement de leurs codes.

 

Parmi les membres de la chorale, Sophie Renard maire adjoint chargé de la culture

Parmi les membres de la chorale, Sophie Renard maire adjoint chargée de la culture

Une chorale de 7 à 77 ans ornée de fleur

Une chorale de 7 à 77 ans ornée de fleur