Une réunion de soutien à Christian Murcia maire de Gensac sur Garonne s’est tenue dans la salle des fêtes de la commune. Étaient présents Madame la Sous-Préfète de Muret, les commandants de la compagnie de gendarmerie de Muret et de la communauté de brigades de Carbonne, Patrick Lefebvre représentant l’association des maires ruraux de France, Denis Turrel président de la communauté des communes du Volvestre et de nombreux maires du territoire. Des élus qui ont un fort sentiment d’abandon; se considérant très seuls face à la montée des incivilités et de cette petite délinquance qui empoisonne le quotidien de leurs administrés. Des situations qui les mettent en danger personnellement face à des gens qui s’estiment au-dessus des lois et agissent en toute impunité. Monsieur le Procureur de la République qui avait été invité à la réunion s’est excusé de ne pouvoir venir.

 

Les faits :

Il y a déjà des années, une famille des gens de voyage s’est sédentarisée en s’installant illégalement sur un terrain agricole sur la commune de Gensac sur Garonne. Sans autorisation, elle a installé une caravane puis construit un petit chalet considérant que le respect des règlements était pour les autres. Insultes, menaces de mort à l’encontre des élus, des animaux qui divaguent et qui dégradent continuellement, une station d’épuration en quasi-abandon qui doit être entretenue en présence des gendarmes pour protéger les agents qui nettoient et des chiens dangereux hors contrôle. Une situation qui dégénère et qui est devenue insupportable car aucune réponse coercitive n’est intervenue jusqu’à présent malgré toutes les plaintes et démarches effectuées par les maires successifs. Trop c’est trop et la coupe est pleine.

La réunion :

En propos liminaires, Christian Murcia maire de la commune depuis les dernières élections fait savoir son désarroi et précise que cette situation perturbe énormément la commune car elle dure depuis trop longtemps. Aucune solution perceptible ne pointe à l’horizon.

Madame la Sous-Préfète exprime tout son soutien à monsieur le Maire suite aux dernières menaces de mort qu’il vient de recevoir et constate avec regrets qu’au niveau national de plus en plus de maires sont soumis à des agressions ou des menaces de mort. Elle fait un inventaire de toutes les possibilités que détient un maire pour intervenir ajoutant qu’il ne faut pas hésiter à s’en servir en parallèle avec des actions en justice. Elle propose par ailleurs qu’une réunion de travail soit tenue très prochainement pour aborder dans le détail les actions concrètes à mener pour que le cadre républicain soit respecté.

Les élus présents de ces communes rurales, avec à leur tête Patrick Lefevbre représentant l’ARM, font ressortir unanimement qu’ils ont la nette impression d’être les oubliés de la République et que les incivilités deviennent insupportables du fait de l’absence de réponse pénale. Une situation de non droit inacceptable où la gendarmerie n’est même plus respectée.

Denis Turrel président de la communauté de communes : « La situation devient insupportable par un manque de réponse pénale et je l’aurais dit au Procureur de la République s’il était venu. On est dans le cas de Gensac dans une impunité inacceptable. On n’est plus crédible face à nos concitoyens et administrés. Il est bien clair qu’on n’oppose pas des Français contre des Français mais on veut simplement que des citoyens respectent la Loi. On ne peut plus laisser passer ce genre de choses. Il faut un rapport de force républicain »

Monsieur Devic conseiller municipal faisait part, dans le concret des situations vécues, de son impuissance dans l’efficacité d’action. Que fait-on des chevaux qui divaguent sur la route ou dans les cultures ? Et que dire de ces chiens d’attaque ? Il faisait part également de la difficulté d’avoir parfois l’intervention d’une patrouille de gendarmerie débordée par ailleurs par d’autres missions prioritaires.

Le Commandant de compagnie de la gendarmerie de Muret prenait acte de la situation et des récriminations énoncées. Sans en faire une excuse, il faisait part des difficultés que rencontre actuellement la communauté de brigades de gendarmerie de Carbonne en sous-effectif ponctuel et s’engage à ce que toute demande d’intervention soit prise en compte. Une étude approfondie du dossier va être menée avec tout l’arsenal juridique à disposition et des procédures seront établies et transmises au Procureur de la République en charge des poursuites judiciaires.

Pour être concret, Denis Turrel proposait :

– Une lettre, signée par l’ensemble des maires de la communauté de communes du Volvestre, sera envoyée à Monsieur le Procureur de la République à Toulouse

– Une recherche d’une solution rapide d’un point de vue juridique va être trouvée.

– Un recueil de toutes les situations conflictuelles des 32 communes du Volvestre va être effectué et transmis à Monsieur le Procureur, à madame la Sous-Préfète et à la gendarmerie

– Le commandant de la communauté des brigades de gendarmerie du Volvestre sera invité régulièrement pour un point de situation sur les problématiques présentes sur les 32 communes du territoire.

Christian Murcia prenait la parole en dernier pour remercier tous les élus de leur soutien et exprimer combien cette solidarité l’avait touché ainsi que la présence de la Madame la Sous-Préfète et de la gendarmerie.

Affaire à suivre