La semaine mondiale de l’eau se tient du 23 au 30 août à Stockholm

 Les jeunes et le changement climatique

 Les jeunes générations devront, plus que toute autre, faire face aux défis de l’eau liés au changement climatique.

Le Centre d’information sur l’eau, qui observe depuis plus de vingt ans l’opinion des Français sur l’eau et son service (baromètre Kantar/C/I.eau), analyse le regard porté par la jeunesse sur ce que le changement climatique signifie spécifiquement pour l’eau :

  • Quels impacts de ce changement climatique les jeunes identifient-ils, pour cette ressource essentielle ?
  • Se sentent-ils plus concernés que leurs ainés ? Sont-ils plus inquiets ?
  • Au quotidien, sont-ils plus nombreux à adopter les gestes pour préserver les ressources en eau ?

Des convictions contrastées

Premier enseignement transverse : les plus jeunes classes d’âges (18-24 ans et 25-34 ans), interrogées dans le baromètre CIEAU – Kantar 2020 « Les Français et l’eau » affichent des convictions plus contrastées que ce à quoi l’on pourrait spontanément s’attendre, en termes de risques induits par le changement climatique dans le domaine de l’eau et de comportements d’adaptation.

Certes, les plus jeunes des Français se montrent particulièrement inquiets de l’avenir de leurs ressources en eau.

  • 77% des 18-24 ans et 74% des 25-34 ans craignent de manquer d’eau dans leur région à l’avenir, significativement plus que la moyenne nationale (66%)

Même s’ils ne sont pas, pour autant, plus nombreux à considérer que l’eau est une ressource limitée dans le monde (89% en moyenne nationale) ou en France (73%).

Les 18-24 ans sont également plus pessimistes que la moyenne nationale quant à l’évolution future des ressources en eau : 70% (vs 63% en moyenne) estiment qu’elles continueront à se dégrader.

Modérer sa consommation en eau

 Au quotidien, les jeunes Français ne semblent pas plus franchement concernés par les comportements de préservation de l’eau (89% des Français, au global, sont attentifs aux quantités d’eau qu’ils consomment).

Cependant, l’attention portée par la jeunesse aux enjeux planétaires se retrouve lorsqu’il s’agit des motivations inspirant ces comportements d’économies d’eau.

Pour les plus jeunes, modérer sa consommation d’eau, c’est d’abord contribuer à la sauvegarde de la planète (cité comme motivation par 43% des 18-24 ans et 41% des 25-34 ans, vs 27% pour l’échantillon national).

C’est ensuite pour :

  • Réaliser une économie financière 32% des 18-24 ans et 35% des 25-34 ans (vs 40% pour la moyenne nationale)
  • Contribuer à la préservation des ressources en eau en France 25% 18-24 ans et 24% des 25-34 ans (vs 33% pour l’ensemble de la population)

 Et lorsqu’il est question d’adopter concrètement des gestes d’économies, les 18-24 ans comme les 25-34 ans paraissent plutôt légèrement moins impliqués :

  • 81% des 18-24 ans et 25-34 ans vs 90% en moyenne se déclarent attentifs aux éventuelles fuites d’eau.
  • 86% des 18-24 ans et 84% des 25-34 ans vs 92% affirment prendre une douche plutôt qu’un bain.

Assez paradoxalement, ils sont, a contrario, plus disposés que l’ensemble de la population à payer l’eau du robinet plus cher pour améliorer la préservation des ressources naturelles : 77% des 18-24 ans et 73% des 25-34 ans, contre 59% pour la moyenne nationale.

L’eau et le changement climatique

 Lorsque l’on se penche spécifiquement sur leur vision des impacts du changement climatique sur l’eau, les 18-35 ans dans leur globalité ne se distinguent pas de l’ensemble de la population française.

Eux aussi y voient des risques en termes :

  • De manque d’eau et de sécheresses (86% des Français)
  • D’inondations (83%)
  • D’augmentation du niveau de la mer (81%)
  • De dégradation de la qualité des ressources en eau (80%)
  • De dégradation de l’eau du robinet (70%)

De l’eau recyclée

 Conscience de l’urgence de nouveaux comportements ou confiance plus affirmée dans les innovations technologiques ?

Les plus jeunes se singularisent quand il s’agit d’adopter de nouvelles façons de consommer l’eau, en particulier celles liées à la réutilisation des eaux usées :

  • 84% des 18-24 ans et 84% des 25-34 ans seraient prêts à consommer des légumes arrosés avec des eaux usées dépolluées (vs 78% en moyenne).
  • 90% des 18-24 ans et 88% des 25-34 ans accepteraient d’utiliser pour les usages domestiques (hygiène, sanitaire, nettoyage…) une eau du robinet issue du recyclage des eaux usées (proportions similaires à la moyenne).
  • Surtout 73% 18-24 ans et 71% des 25-34 ans, boiraient une eau du robinet issue du recyclage des eaux usées (vs 55%).

Source : Centre d’information sur l’eau