Il en est ainsi des croyances et des rites religieux, la tradition perdure à l’Aouach.

En ce 15 août 2021, et depuis 1861 à minima, les croyants se sont retrouvés pour fêter l’Assomption. Ce n’était pas la foule des grandes célébrations d’antan mais la chapelle n’a pas pu accueillir tout le monde, certains ont été obligés de rester sous le préau.

Pour l’occasion, le père Jo Coltro, toujours fidèle à cette chapelle et devenu chanoine titulaire de la cathédrale Saint-Etienne en 2014, a servi la messe aux côtés du père Romuald. Les organisateurs ne pensaient d’ailleurs pas qu’il y aurait tant de monde.

Bien entendu, par obligation des directives étatiques, une bénévole de l’association a contrôlé les pass sanitaires et quasiment tout le monde portait le masque.

Les bougies, les cartes postales ont eu le même succès que les années précédentes, tout comme le livre qui a eu une trentaine de près-commandes, mais nous en reparlerons.

Le travail d’un historien local publié relatif à « Notre Dame de l’Aouach »

La vente aux enchères, qui a obligé les amis de la chapelle à rester derrière des barrières purement obligatoires et symboliques, a remporté un vif succès avec des batailles vives mais empreintes d’amabilité, pour savoir qui aiderait au mieux la rénovation des peintures du chœur de la chapelle.

Car le but est là : Rénover l’intérieur de la chapelle, maintenant que l’extérieur est sauvé.

C’est ainsi que des pieds de sauge ont explosé les prévisions, que des vins de Ribonnet ont été l’alibi d’âpres échanges entre amis mais qu’ils boiront peut-être ensemble, fraternité oblige.

L’association a ainsi recueilli 1600 € supplémentaires.