Dans le cadre des animations estivales à la base de loisirs, l’AAPPMA de Montréjeau et du Haut-Comminges proposait une matinée pêche destinée aux enfants. Matinée complétée par des conseils de prévention de la part d’EDF.

Mardi 20 juillet, deuxième matinée de pêche de la saison estivale, organisée par l’AAPPMA de Montréjeau et du Haut- Comminges. C’est dans le parcours enfants qu’elle se déroulait, les eaux de la Garonne étant trop basses.

Bien entendu, des dizaines de truites étaient lâchées. Et comme d’habitude, ces dames farios n’étaient pas pressées de mordre à l’hameçon, pourtant bien garni de teignes.

Les touristes de passage…

Nombreux étaient les enfants, accompagnés, soit de leurs parents, soit de leurs grands-parents. Parmi eux, Paloma 13 ans et Maël 18 ans, frère et soeur. Jamais ils n’avaient tenu une canne de leur vie. Paloma a sorti trois truites et Maël une. Ravis, ils participaient à l’incontournable casse-croûte et repartaient avec casquettes et tee-shirts. Peut-être une vocation naissante… Le but en fait des bénévoles de l’AAPPMA emmenés par Stef.

L’eau bienfaitrice et ses dangers.

Comme chaque année, EDF avertit des dangers des cours d’eau, liés aux lâchers de barrages.

Ainsi Saïd, coordonnateur au groupement d’usines de Saint Gaudens et Thomas, hydro guide saisonnier, remettaient à chaque participant, un petit livret expliquant les dangers de l’eau. Tom et Lucie, nom du petit fascicule destiné aux enfants (un autre existe pour les adultes) explique en premier lieu à quoi servent les barrages gérés par l’EDF.  En dehors de la production d’électricité pour l’alimentation en eau potable des villes, l’eau stockée sert, entre autres, à l’irrigation des cultures, la pratique des sports d’eau, la navigation fluviale. Le livret détaille ensuite les dangers liés à la montée rapide des eaux dans les rivières. Calme apparent, risque présent, résument ce qui attend pêcheurs ou baigneurs.

Dernière matinée de pêche

La dernière matinée de pêche aura lieu le mardi 27 juillet de 9h à midi, soit sous le pont de la Garonne, soit sur le parcours enfant, ce en fonction des hauteurs d’eau.